RTBFPasser au contenu

Cumul de mandats: quand Vladimir Poutine gérait le problème à sa manière

23 févr. 2017 à 12:372 min
Par RTBF

Cela fait presque 20 ans que Vladimir Poutine dirige la Russie, soit comme chef de l'Etat, soit comme chef du gouvernement. Malgré un régime autoritaire, il bénéficie d'une réelle popularité au sein de la population russe. Une popularité que le président ménage en cultivant une image de chef intangible, intransigeant, qui agit en leader incontesté et incontestable. 

Une image que renforce une vidéo qui a beaucoup tourné sur la toile fin 2016, dans laquelle le président russe gère, à sa manière, ce qu'il juge être un problème de cumuls de certains haut-fonctionnaires, dont des ministres, avec des mandats à l'Académie des Sciences.

Lors d'un Conseil présidentiel, le chef de l'Etat termine la réunion avec un échange assez théâtral : le maître du Kremlin interpelle sans ménagement le président de l'Académie des Sciences de Russie. Se tournant vers lui, il lui adresse avec un ton à la fois glaçant et narquois, deux questions portant sur des problèmes "techniques de ressources humaines".

Je pense que je vais leur donner la possibilité de faire de la science

"Certains de nos collègues de l’administration présidentielle, des ministères de l’Éducation, de l’Intérieur et de la Défense, mais aussi du FSB (les services secrets russes, NDLR) et d’autres organismes publics ont participé aux élections et ont été élus (au sein de l'Académie)", fait observer Vladimir Poutine. Dès lors, ses deux interrogations sont les suivantes : "Ces fonctionnaires sont-ils des chercheurs éminents, sont-ils à ce point nécessaires à la science? Et que dois-je faire, désormais, face à tout cela?".

En effet, si l'on en croit ce qu'il avance lui-même au cours de cette réunion, Vladimir Poutine avait demandé à ce que ce type de cumul ne se fasse plus, "pour une simple raison, que les gens en poste au sein du gouvernement, soient occupés à faire leur travail". Et si tel est le cas, ils n'auraient le temps de s'occuper de sciences que "lors de leur temps libre" or du temps libre, pour les membres du gouvernement "qui font consciencieusement leur travail, il est pratiquement inexistant".

Après avoir laissé le président de l'Académie des sciences, Yevgeni Fortov, se débattre dans son malaise, avant de lui faire dire que les personnes élues l'ont été car elles sont "de grands scientifiques", le président finit par répondre lui-même à la deuxième question, en déclarant "dans ce cas, je pense que je vais leur donner la possibilité de faire de la science, il semble que ce soit plus important que d'exécuter des tâches administratives de routine au sein de la branche exécutive".

Alors que des élections présidentielles se profilent en 2018 et que Vladimir Poutine est le grandissime favori à sa succession, "dans les derniers mois, Poutine a adopté une ligne inhabituellement dure à l'égard des bureaucrates", note le site internet de Business Insider.

Articles recommandés pour vous