RTBFPasser au contenu

Crise francophone: le président du Parti socialiste Elio Di Rupo rencontrera Ecolo lundi

Crise francophone: le président du Parti socialiste Elio Di Rupo rencontrera Ecolo lundi
22 juin 2017 à 17:56 - mise à jour 22 juin 2017 à 17:561 min
Par RTBF

Alors que le président du cdH Benoît Lutgen a des entretiens avec le MR, Ecolo et DéFi, le Parti socialiste (PS) rencontrera lundi des représentants des Verts, "à leur demande" a annoncé ce jeudi Elio Di Rupo, interrogé par RTL-TVI. "On discutera de la gouvernance, des nouvelles attitudes à adopter dans le monde politique. Le Parti socialiste a tiré lui-même les leçons de ce qui s'est passé" et un congrès est convoqué le 2 juillet, a rappelé le président du Parti socialiste.

Le président des socialistes francophones n'a pas voulu s'étendre sur la formation de nouvelles alliances alors qu'une coalition associant le PS, Défi et Ecolo, au lieu du cdH, est évoquée à Bruxelles. "Nous n'en sommes pas là", a-t-il dit.

Elio Di Rupo est scandalisé par la "trahison" du cdH et "ce sont les Wallons et les Bruxellois qui sont les plus touchés", souligne-t-il. Le cdH "joue au poker ou au Monopoly", dit-il, et son attitude est nuisible à l'image donnée à la Flandre: "C'est un spectacle lamentable".

Décumul: "Le cdH a freiné des quatre fers"

Alors que le cdH dénonce l'omniprésence du PS au pouvoir depuis 30 ans, Elio Di Rupo répond que le PSC, puis le cdH, "sont là depuis 149 ans, j'ai calculé. C'est vrai qu'à la lumière de leur attitude, il est grand temps qu'ils se retirent".

Le cdH a d'ailleurs connu lui aussi ses affaires, a fait remarquer le président du PS, en rappelant le cas de l'Office wallon des déchets où l'attitude du ministre Di Antonio était mise en cause. "Chaque fois, le PS est resté extrêmement correct. Nous n'avons jamais poussé nos partenaires parce que nous respectons nos partenaires".

Lorsque le PS a voulu aborder la problématique du décumul, "le cdH a freiné des quatre fers" selon Elio Di Rupo.

Sans être plus précis, le président du PS, qui est également bourgmestre de Mons et député fédéral, explique que, en ce qui le concerne, "il n'y aura pas de poursuite de cumul après les prochaines élections".

Articles recommandés pour vous