Energie

Crise énergétique : "Rien n'indique que la Belgique devra activer son plan d'urgence gaz" selon Tinne Van der Straeten

© Tous droits réservés

14 oct. 2022 à 16:26Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Anthony Roberfroid

Rien n'indique que la Belgique devra activer son plan d'urgence gaz en cas de pénurie. Ce plan - une obligation européenne - a bénéficié d'une deuxième mise à jour le mois dernier. "Bien que la Belgique ne court pas de risque d'approvisionnement cet hiver, le plan d'urgence est prêt", indique le cabinet de la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen).

Ce plan vise à éviter que certaines entreprises ne soient confrontées à des situations dangereuses par manque d'approvisionnement en gaz, à l'instar de ce qui s'était produit dans les années 70 lors de la catastrophe industrielle de Seveso, en Italie. Les plans doivent garantir que les ménages, les entreprises et les secteurs qui ont un besoin prioritaire en gaz puissent vraiment compter dessus.

Un plan en trois phases

Le plan belge est composé de trois phases : une phase d'avertissement (early warning), une phase d'alerte (alert) et une phase d'urgence (emergency). Dans les deux premières phases, il n'est pas question d'un manque critique de gaz. Une surveillance accrue du réseau et des mesures sur le marché sont prises.

La dernière phase commence lorsqu'il y a trop peu de gaz pour répondre à la demande. Les autorités peuvent alors demander à certaines catégories de réduire voire d'arrêter leur utilisation de gaz. Le plan d'urgence est phasé selon ces catégories. Le tout dernier groupe est la catégorie "protégée", celle qui ne peut techniquement pas utiliser moins de gaz.

 

Une première mise à jour a été effectuée en avril, avant une deuxième en septembre. Dans la première version, le groupe protégé était plus vaste. La distinction fondée sur un raccordement des entreprises au réseau de Fluxys ou au réseau de distribution a également disparu. L'Europe avait formulé des remarques à cet égard.

"Le plus important est que les plans d'urgence soient affinés et adaptés au mieux aux situations concrètes", explique le cabinet Van der Straeten. Les plans existaient, mais ont maintenant été affinés une deuxième fois en raison de la guerre en Ukraine et du risque accru pour l'approvisionnement en Europe.

Mais "rien n'indique que le plan d'urgence belge sera activé", assure le cabinet. "La Belgique se trouve dans une position unique en tant que hub européen d'importation et de transit pour le gaz" avec les terminaux GNL à Zeebrugge ou encore le pipeline direct vers la Norvège. La Belgique est solidement connectée avec d'autres pays et l'installation de stockage de Loenhout (province d'Anvers) est pleine. Par ailleurs, "d'autres solutions seraient d'abord utilisées avant d'activer le plan d'urgence", indique le cabinet.

Sur la même thématique : JT du 28/09/2022

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Jef Turf est mort à l'âge de 90 ans

Belgique

Articles recommandés pour vous