Déclic

Crise énergétique : l’Europe envisage l'interdiction du minage des cryptomonnaies cet hiver

Déclic et des claques

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur recommandation de la Commission européenne, les états de l’UE pourraient décider de couper l’électricité pour éviter le minage de cryptomonnaies cet hiver. Les cibles principales sont les mineurs, les personnes qui résolvent des équations des transactions, utilisant des ordinateurs particulièrement énergivores.

Depuis plusieurs années, on assiste à un investissement massif dans les cryptomonnaies, des monnaies virtuelles et décentralisées. Cette utilisation du Bitcoin ou de l’Ethereum pourrait néanmoins être ralentie à cause de la crise énergétique. L’Europe compte couper l’approvisionnement d’électricité des ordinateurs des 'mineurs' de la blockchain. Explications.

Le principe des mineurs

Pour qu’elles puissent faire l’objet de transactions, les cryptomonnaies doivent être inscrites dans une sorte de grand registre virtuel appelé la blockchain. Ces transactions doivent être validées, mais pas par une autorité centrale, comme le système est décentralisé.

Ce sont les 'mineurs' qui valident une page à la fois du grand registre virtuel, ou plutôt un bloc de la blockchain. Pour gagner le droit de valider la page, ils entrent en concurrence. En résumé, avec un gros ordinateur, ils tentent de résoudre une équation très compliquée. Le premier qui a résolu l’équation est récompensé pour son travail. Il reçoit, pour l’instant, 6,25 bitcoins, l’équivalent de 123.000 euros.

Une fois que le bloc a été miné, que l’équation a été résolue, tous les autres peuvent vérifier assez facilement si la réponse que le premier mineur a donnée est la bonne.

La cryptomonnaie, un gouffre énergétique

Les calculs demandés ne peuvent être résolus avec un 'simple' ordinateur personnel. Etre mineur est devenu une activité professionnelle qui demande un ordinateur avec une puissance de calcul beaucoup plus importante. D’ailleurs, il faut souvent plusieurs de ces ordinateurs, rassemblés en une ferme de minage.

Qui dit ordinateur plus puissant, dit consommation énergétique démultipliée. Un tel ordinateur consomme pas loin de 30.000 kWh/an. À titre de comparaison, un congélateur utilise entre 200 et 500 kWh/an.

En réalité, cours du bitcoin et consommation électrique sont intimement liés. Au mois de juin, le marché s’est effondré. On a vu la consommation électrique des cryptomonnaies s’effondrer en même temps. Une baisse qui s’explique par le nombre de transactions : plus il y a de circulation de cryptomonnaies, plus les équations à résoudre sont compliquées, plus cela demande de puissance de calcul. Il y a donc une sorte de double effet qui fait gonfler la consommation quand le marché est tendu.

En 5 ans, la consommation d’énergie liée aux cryptomonnaies a augmenté de 900%. C’est aujourd’hui 0,4% de la consommation électrique au niveau mondial. Un chiffre loin d’être anecdotique.

© South Agency / Getty Images

Un résultat difficile à quantifier, mais…

Dans son plan pour digitaliser le secteur de l’énergie publié le 18 octobre, la Commission européenne s’inquiète de la situation.

À cause de la crise énergétique et des risques élevés pour l’hiver à venir, elle urge les états membres à mettre en œuvre des mesures ambitieuses et ciblées pour diminuer la consommation des acteurs du monde des cryptomonnaies.

Et la commission va plus loin, en écrivant : "En cas de nécessité de délestage des systèmes électriques, les États membres doivent être prêts à arrêter le minage de cryptoactifs". Traduction : on brandit la menace de l’interdiction du minage de cryptos.

Mais cette mesure aurait-elle un véritable impact ?

En réalité, on ne mine pas beaucoup en Europe. Les pays concernés sont principalement les pays scandinaves, un peu l’Irlande, et surtout l’Allemagne. Et il faut rester prudent face à cette affirmation car il y a probablement un phénomène d’adresses IP redirigées via des VPN ou des proxys. Le minage n’aurait pas lieu en Allemagne.

Vu le coût de l’énergie, il devient peu rentable de miner en Europe. Mesurer l’impact sur l’interdiction du minage des cryptomonnaies reste compliqué.

Derrière cette annonce de la Commission européenne, il y a, sans aucun doute, la volonté de faire travailler les cryptoactifs sur la consommation énergétique à plus long terme, sur un modèle qui soit moins énergivore.

Et puis, pour toutes une série de raisons, l’Europe voit plutôt ces cryptomonnaies d’un mauvais œil. Il faut aussi voir cette sortie dans ce contexte-là.

© iStock / Getty Images Plus

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous