Monde Moyen-Orient

Crise en Irak : le secrétaire général de l'ONU appelle à la désescalade, 15 personnes ont été tuées dans la Zone Verte

29 août 2022 à 19:47 - mise à jour 29 août 2022 à 21:40Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Estelle De Houck et Lavinia Rotili

Au moins sept obus de mortier sont tombés lundi soir dans la Zone Verte de Bagdad en plein chaos depuis l'annonce par le leader chiite irakien Moqtada Sadr de son "retrait définitif" de la politique. 15 partisans de Moqtada Sadr ont été tués par balles, selon un nouveau bilan fourni par des sources médicales à l'AFP. 350 manifestants ont été blessés.

On ignore quel groupe ou quelle faction est à l'origine des tirs d'obus. Dans la foulée, des tirs d'armes automatiques résonnaient depuis le quartier de la Zone Verte qui abrite des ministères et des ambassades.

La réaction du secrétaire général de l'ONU

Suite à ces faits, le secrétaire général de l'ONU a appelé à la "retenue" et a demandé à toutes les parties de "prendre des mesures immédiates pour désamorcer la situation", selon un communiqué de son porte-parole.

"Le secrétaire général appelle toutes les parties et tous les acteurs à dépasser leurs différences et à s'engager, sans délai, dans un dialogue pacifique et inclusif".

Troubles à Bagdad

Dans la matinée de lundi, Moqtada Sadr a annoncé son "retrait définitif" de la politique. Le clerc chiite, habitué des coups d'éclat, a fait l'annonce au moment où l'Irak traverse une profonde crise politique depuis les législatives d'octobre 2021. Il réclamait depuis des mois la dissolution du parlement.

Cette annonce a entraîné d'importants troubles à Bagdad, les partisans du leader chiites prenant d'assaut le palais de la République à Bagdad, pour y manifester leur colère.

En milieu de journée, le Commandement militaire irakien a décrété un couvre-feu national. 

L'Irak, riche en pétrole mais accablé par une grave crise économique et sociale, n'a toujours pas de nouveau Premier ministre, ni de nouveau gouvernement, les forces chiites, dont celle de Moqtada Sadr, n'arrivant pas à se mettre d'accord sur leur mode de désignation.

Manifestation en Irak (29/08/2022):

Images des manifestations en Irak

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Irak : le calme est revenu à Bagdad, mais une solution politique au retrait de Moqtada Sadr est encore loin

Monde

Irak : le président en faveur de législatives anticipées pour "sortir de la crise"

Monde Moyen-Orient

Articles recommandés pour vous