RTBFPasser au contenu

Monde

Crise au Kazakhstan : l'ex-président "retraité" dément tout conflit avec son successeur

Crise au Kazakhstan : l'ex-président "retraité" dément tout conflit avec son successeur
18 janv. 2022 à 13:532 min
Par Belga

L'influent ex-président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, a assuré mardi qu'il était aujourd'hui un "retraité" et démenti tout conflit avec son successeur, après les émeutes meurtrières qui ont secoué ce pays d'Asie centrale début janvier.

"Je suis un retraité et je me trouve actuellement en repos bien mérité dans la capitale du Kazakhstan. Je ne suis parti nulle part", a affirmé M. Nazarbaïev, qui apparaît pour la première fois depuis les troubles dans une vidéo, assis à un bureau massif devant des drapeaux kazakhs.

M. Nazarbaïev a assuré que son successeur Kassym-Jomart Tokaïev, à qui il a cédé la présidence en 2019, "avait tous les pouvoirs". "Il n'y a par conséquent aucun conflit ou de confrontation au sein de l'élite", a-t-il ajouté, dénonçant des "rumeurs sans fondement" à ce sujet.

Critiqué par les manifestants

S'exprimant sur les émeutes meurtrières qui ont secoué le Kazakhstan début janvier, M. Nazarbaïev a estimé que l'objectif des protestataires était de "détruire l'intégrité du pays et les fondements de l'État".

"Cette tragédie est devenue une leçon pour nous tous. Il est important de découvrir qui a organisé tous ces pogroms et ces meurtres", a encore ajouté l'ancien président kazakh.

 

La colère des émeutiers était notamment dirigée contre M. Nazarbaïev, accusé d'avoir fait prospérer la corruption dans cette ex-république soviétique d'Asie centrale, qu'il a dirigé pendant près de trois décennies.

Perte d'influence

Après son départ de la présidence en 2019, M. Nazarbaïev avait gardé un rôle influent dans la politique de son pays, s'attribuant le titre de Elbassy, Chef de la Nation en kazakh, et conservant la tête de l'influent Conseil de sécurité.  

Mais depuis les émeutes, son successeur Kassym-Jomart Tokaïev a renforcé sa propre influence et pris la tête du Conseil. 

Plusieurs proches de l'ancien dirigeant ont dû quitter d'importants postes et au moins l'un d'entre eux, qui dirigeait les services secrets, a été incarcéré.

M. Tokaïev a aussi dénoncé le rôle que M. Nazarbaïev a joué dans l'enrichissement indu des élites qui a nourri la colère populaire ces dernières années. 

Néanmoins, le président en place a estimé que les émeutes étaient le résultat d'une attaque terroriste d'ampleur provenant de l'étranger, sans pour autant apporter de preuves.

Sur le même sujet

07 févr. 2022 à 16:15
2 min
29 janv. 2022 à 18:11
1 min

Articles recommandés pour vous