Monde Moyen-Orient

Crash en Égypte: les enquêteurs reconnaissent avoir entendu "un bruit" à bord de l'avion

Jetair a envoyé ses propres équipes de sécurité en Égypte, tandis que Thomas Cook n'autorise que les bagages à main dans l'avion.

© MOHAMED EL-SHAHED - AFP

07 nov. 2015 à 07:59 - mise à jour 07 nov. 2015 à 16:13Temps de lecture2 min
Par RTBF, avec agences

Lors d'une conférence de presse organisée au Caire samedi, les enquêteurs égyptiens en charge des investigations sur le crash de l'avion russe de la compagnie Metrojet ont rendu public un nouvel élément: un bruit indéterminé a eu lieu à bord de l'avion avant l'explosion, d'après les enregistrements examinés: "Un bruit est entendu à la dernière seconde de l'enregistrement" du Cockpit Voice Recorder, a déclaré le chef des enquêteurs, Ayman el-Mokaddem, ajoutant: "Une analyse spectrale est à venir pour déterminer l'origine de ce bruit".. Mais les enquêteurs se refusent encore à privilégier l'une ou l'autre piste dans la détermination des causes du crash.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères avait indiqué ce samedi qu'aucune "hypothèse" ne ressortait à ce stade de l'enquête sur cette catastrophe aérienne qui a fait 224 morts le 31 octobre. Lors d'une conférence de presse, Sameh Choukri a ajouté que les renseignements sur la base desquels des pays ont mis en place des restrictions de vol vers l'Égypte "n'ont pas été fournis jusqu'à présent aux services de sécurité égyptiens".

Hypothèse de l'attentat à a bombe

Des sources proches du dossier indiquent toutefois que des éléments permettent de "privilégier fortement" l'hypothèse d'un attentat à la bombe. Les données de vol et l'enregistrement des voix dans le cockpit semblent montrer que tout se déroulait normalement jusqu'à la 24ème minute de vol, moment où les appareils ont cessé de fonctionner.

Certains débris de l'Airbus de Metrojet sont par ailleurs criblés d'impacts allant de l'intérieur vers l'extérieur, ce qui conforterait la thèse d'une bombe placée à l'intérieur de l'appareil. Une hypothèse qui avait déjà été soutenue par les services britanniques et américains jeudi.

Les services américains disent avoir intercepté des communications téléphoniques entre des dirigeants de l'organisation terroriste État islamique et des djihadistes du Sinaï qui se réjouissaient du crash de l'avion russe.

Vendredi, la Russie a suspendu ses vols vers l'Égypte, jusqu'à ce que les raisons du crash soient connues. Washington a pour sa part demandé aux aéroports du Moyen-Orient de renforcer les contrôles sur les vols vers les États-Unis.

Retour des touristes de Charm el-Cheikh

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous