Crash en Egypte: des images satellite excluent l'hypothèse d'un missile

Crash d'un avion civil russe en Egypte - Des images satellite américaines excluent l'hypothèse d'un missile

© Belga

03 nov. 2015 à 06:15 - mise à jour 03 nov. 2015 à 10:13Temps de lecture2 min
Par Belga

Des images satellite américaines excluent que l'avion commercial russe qui s'est écrasé ce week-end dans le Sinaï en Egypte ait été frappé par un missile, ont expliqué mardi des responsables militaires US à la chaîne ABC.

Un flash alors que l'appareil survole le territoire égyptien

"L'hypothèse selon laquelle l'avion aurait été touché par une roquette est exclue", a indiqué une source anonyme. Les images infrarouges transmises par un satellite américain montrent un flash alors que l'appareil survole le territoire égyptien. Les analystes estiment qu'il pourrait s'agir d'une explosion, depuis le réservoir de kérosène ou à la suite de la détonation d'une bombe à bord de l'appareil. Mais aucun élément ne va dans le sens d'un projectile tiré depuis le sol, selon les sources d'ABC.

Une version des faits que semble soutenir James Clapper, le chef du renseignement américain, pour qui rien n'indique qu'un missile soit à l'origine du drame. Celui-ci a cependant ajouté qu'il était encore trop tôt pour exclure la responsabilité de l'organisation Etat islamique, qui a revendiqué l'attaque contre l'aéronef.

"De la propagande"

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a, lui, fustigé mardi dans un entretien avec la BBC la "propagande" du groupe Etat islamique (EI), qui affirme être responsable du crash de l'avion russe. Il a aussi prévenu que l'enquête serait longue pour déterminer les causes du crash qui a coûté la vie samedi à 224 personnes, essentiellement des touristes russes. "Cela prendra du temps pour clarifier cet incident, voyez le vol de la Pan American qui s'est écrasé en Europe (à Lockerbie en 1988), cela a pris des années avant de trouver la vérité, les raisons du crash. Nous ne pouvons pas simplement tirer des conclusions hâtives", a déclaré le président égyptien selon la traduction de la BBC.

Le 21 décembre 1988, un Boeing 747 de la compagnie américaine s'était désintégré au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie quelques minutes après son décollage, d'une manière semblable à ce qui est arrivé samedi à l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet. Les enquêteurs avaient mis seulement quatre jours pour conclure qu'une petite bombe avait été cachée à bord de l'appareil mais trois ans pour identifier les auteurs libyens de cet attentat.

"Il y a cette propagande selon laquelle (l'avion) s'est écrasé à cause de Daech (ndlr: acronyme en arabe de l'EI), c'est une manière de nuire à la stabilité et la sécurité de l'Egypte ainsi qu'à son image", a poursuivi le président Sissi. "L'avion était à 35 000 pieds (10 668 m), croyez-moi, la situation dans le Sinaï, en particulier dans cette zone limitée, est totalement sous notre contrôle", a-t-il ajouté.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus