RTBFPasser au contenu

Covid-19: "pas de panique", dit Biden face au boom des contaminations aux Etats-Unis

Joe Biden rencontre par visioconférence des gouverneurs le 27 décembre 2021 à Washington

Le président américain Joe Biden a appelé lundi les Américains à ne pas céder à la "panique" face à la forte hausse des contaminations quotidiennes au Covid-19 dues au variant Omicron, qui se rapprochent d'un record datant de janvier.

"Omicron est une source d'inquiétude mais ne devrait pas être une source de panique", a-t-il dit depuis la Maison Blanche au début d'une visioconférence avec une vingtaine de gouverneurs et de conseillers sanitaires.

La propagation du variant hautement contagieux, identifié en Afrique du Sud en novembre, n'aura pas le même impact que la première vague de Covid-19 il y a un an ou que le variant Delta cette année, a estimé le président, en raison de la campagne massive de vaccination et du dépistage.


►►► À lire aussi : Alexander De Croo : "Un groupe relativement petit a trop d’impact sur nos soins, on ne peut plus éviter le débat sur la vaccination obligatoire"


"Parce qu'il y a eu tant de vaccinations et de troisièmes doses, nous ne voyons pas les hospitalisations augmenter autant" qu'avant, a affirmé Joe Biden, alors que 72% de la population a reçu au moins une injection.

Il a toutefois admis que certains hôpitaux du pays étaient "dépassés, en termes d'équipements et de personnel", par une hausse des hospitalisations, en majorité des personnes non vaccinées qui sont encore nombreuses.

Joe Biden s'est également engagé à remédier à la pénurie de tests de dépistage du COVID-19.

Défavorable à une 4e dose

Selon les données compilées par le New York Times lundi, le pays a enregistré 214.499 nouveaux cas la veille, un bond de 83% sur une moyenne de 14 jours, et se rapproche du record quotidien de 251.232 cas positifs atteint en janvier 2021.

Interrogé sur la radio publique NPR, Anthony Fauci, principal conseiller de la Maison Blanche dans la lutte contre la pandémie, a espéré que la hausse vertigineuse des cas positifs allait atteindre un pic avant de redescendre, comme en Afrique du Sud.

C'est "peut-être dû à la saturation, c'est-à-dire que le variant a atteint toutes les cibles vulnérables" comme les personnes non vaccinées, a-t-il estimé.

Le variant Omicron, plus contagieux que le Delta, semble être moins dangereux pour les personnes ayant reçu au moins deux doses de vaccin, a ajouté Anthony Fauci.

"Nous espérons que cette moindre gravité empêchera une hausse des hospitalisations, mais nous sommes vraiment très inquiets pour les non-vaccinés qui sont vulnérables", a-t-il assuré.

Le scientifique s'est également dit défavorable à une nouvelle campagne vaccinale pour une 4e dose, estimant que des rappels trop rapprochés ne permettaient pas au système immunitaire de se renforcer contre le coronavirus.

"A l'heure actuelle, faites-vous faire la dose de rappel, ne vous préoccupez pas d'une quatrième dose et peut-être qu'on n'aura jamais à s'en inquiéter", a-t-il dit.

Sujet JT du 21 décembre :

Sur le même sujet

30 déc. 2021 à 18:35
1 min
28 déc. 2021 à 10:34
2 min

Articles recommandés pour vous