Football

Coup de boule et exclusion de Zidane, tirs au but : 16 ans après la finale de Coupe du monde Italie-France

09 juil. 2022 à 04:44Temps de lecture3 min
Par Quentin Weckhuysen

Une finale, c’est le clou du spectacle après un tournoi intense. Un match dont tout le monde se souvient du résultat. Par contre, le scénario de la rencontre, lui, passe parfois à la trappe dans nos mémoires. La faute au manque de spectacle dû à la crispation liée à l’enjeu.

Ce n’est pas le cas de la finale de Coupe du monde entre l’Italie et la France. Il y a 16 ans jour pour jour, les Italiens émergeaient sur le fil aux tirs au but, après une finale rocambolesque.

Materazzi : fauteur, buteur, victime

Zidane inscrit un penalty, sur une panenka, après seulement 7 minutes.
Zidane inscrit un penalty, sur une panenka, après seulement 7 minutes. AFP

Dimanche 9 juillet 2006, finale de la Coupe du monde 2006. Dans le stade Olympique de Berlin, le défenseur Marco Materazzi accroche Florent Malouda dans sa surface de réparation. Penalty, après seulement 7 minutes. Moment choisi par la star des Bleus, Zinédine Zidane, de tenter une panenka pour surprendre Gianluigi Buffon. Latte rentrante, le ballon passe la ligne de peu (0-1).

"Il restait 83 minutes après ça. Je suis obligé de la tenter (la panenka, ndlr), confiait Zizou à l’Equipe il y a quelques jours. Même si je la rate, je peux me rattraper derrière. Il reste du temps. Et j’ai en face l’un des plus grands gardiens du monde avec “Gigi” (Buffon). Il me connaît. Je dois le surprendre. Ça dure dix secondes dans la tête. Je n’ai jamais fait de panenka. Mais ce n’est pas un manque de respect."

Menée au score, la Squadra Azzurra égalisera par l’inévitable Marco Materazzi. Sur un corner, le défenseur remporte son duel avec Patrick Viera et ajuste Fabien Barthez de la tête (1-1). À l’origine du but concédé, Materazzi se rattrape en faisant secouer les filets français.

La célébration du défenseur italien Marco Materazzi après son but égalisateur (1-1).
La célébration du défenseur italien Marco Materazzi après son but égalisateur (1-1). AFP

Une première période à l’avantage des Italiens. Les hommes de Marcello Lippi tout proches du 2-1, quand une tête Luca Toni se heurte à la barre transversale.

Malgré un Thierry Henry en feu, les Français ne parviennent pas à prendre l’ascendant. Pire, les faits de jeu en leur défaveur se multiplient : penalty non sifflé sur Malouda, claquage et sortie de Vieira, blessure à l’épaule pour Zidane.

Toni, lui, se prendra encore la tête dans les mains. Un but inscrit de la tête lui sera logiquement annulé pour une position de hors-jeu. Direction la prolongation. Encore une pour les Italiens, déjà vainqueurs de l’Allemagne en demi-finale après 120 minutes de jeu.

Zidane : une tête arrêtée, un coup de boule

Deux fois 15 minutes pour tenter de soulever le trophée. Le numéro 10 de l’équipe de France est sur le point de libérer les siens. Mais Buffon se détend sur une tête croisée à bout pourtant de Zidane, en début de prolongation.

La suite appartient à la triste histoire de "Zizou". 107e minute : Materazzi est au sol, après avoir reçu un coup de tête du capitaine des Bleus. Zidane est directement exclu. Une fin dramatique pour sa dernière sortie en équipe nationale, lui l’artisan des succès français au Mondial 1998 et à l’Euro 2000.

107e minute : exclusion et fin de carrière avec les Bleus pour Zidane
107e minute : exclusion et fin de carrière avec les Bleus pour Zidane AFP

"Ce jour-là, ma maman est très fatiguée. Je sais que ma maman n’est pas bien mais ce n’est pas très grave non plus, confiait ZZ à l’Equipe. Ça m’interpelle néanmoins. Lui (Materazzi), il ne me parle pas de ma mère. Mais il a insulté ma sœur, qui était auprès de ma maman à ce moment-là. Il a déclenché quelque chose en parlant de ma sœur Lila. L’espace d’une seconde, et c’est parti… Je ne suis pas fier mais ça fait partie de mon parcours. À ce moment-là, j’étais plus fragile. C’est parfois dans ces moments que tu peux faire quelque chose qui n’est pas bien…"

Le sang-froid italien aux tirs au but

Incapables de se départager, les deux équipes se disputent le trophée par une séance de tirs au but. Un exercice pleinement maîtrisé par les Italiens, marquant tous leur tir. Côté français, seul David Trezeguet loupera le coche. Un tir surpuissant qui heurte la latte, rebondissant vers le terrain. Mais contrairement à Zidane en début de match, le ballon ne la franchira pas (TAB : 5-3).

David Trezeguet, monté au jeu en prolongation, voit son tir au but s’échouer sur la latte.
David Trezeguet, monté au jeu en prolongation, voit son tir au but s’échouer sur la latte. AFP

La Squadra Azzurra décroche sa 4e étoile, après ses succès en Coupe du monde en 1934, 1938 et 1982. Un match qui reste dans la légende du football, 16 ans après. Que ce soit pour l’abnégation des Italiens ou pour le triste au revoir d’une star du football.

AFP

Sur le même sujet

Zinedine Zidane, 50 ans... en dehors des terrains

Football

Articles recommandés pour vous