RTBFPasser au contenu

Monde Afrique

Coup d'Etat au Soudan : sept nouveaux manifestants anti-putsch ont été tués

Des Soudanais se rassemblent pour s'opposer à un coup d'État militaire survenu il y a près de trois mois, au sud de la capitale Khartoum, le 17 janvier 2022.
17 janv. 2022 à 17:481 min
Par Belga

Sept manifestants ont été tués au Soudan lundi, l'une des journées les plus sanglantes de la répression de la mobilisation contre le pouvoir militaire qui ne faiblit pas depuis le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane fin octobre.

Bravant un quadrillage sécuritaire serré et des troupes équipées d'armes lourdes, des milliers de Soudanais ont de nouveau scandé "Les militaires à la caserne" et "Le pouvoir au civil" en tentant d'approcher du palais présidentiel à Khartoum, ou ailleurs dans le pays.

Sept morts

Dans la capitale, les partisans d'un pouvoir civil dans un pays sorti il y a moins de trois ans de trente années de dictature militaro-islamiste ont essuyé des tirs "à balles réelles", mais aussi une pluie de grenades lacrymogènes et assourdissantes et des tirs des canons à eau, rapportent des médecins.

Sept manifestants ont été fauchés par des tirs à balles réelles, précisent-ils.


►►► À lire aussi : Crise politique au Soudan : entre manifestations, blocages de routes et médias censurés


En tout, depuis le putsch du 25 octobre, 71 manifestants ont été tués. La police de son côté assure qu'un de ses généraux a été poignardé à mort jeudi par des manifestants qui, prévient-elle, seront jugés selon les lois d'exception de l'état d'urgence décrété le jour du coup d'Etat.

Lundi, le Conseil de défense a annoncé la création d'une "force spéciale antiterroriste pour faire face à de potentielles menaces".

Durant tout l'après-midi, les violences ont été continues: à Khartoum aux abords du palais présidentiel, l'ancien QG du dictateur Omar el-Béchir démis en 2019 sous la pression d'un soulèvement populaire, où siègent aujourd'hui les autorités de transition désormais aux mains du général Burhane.

Soudan : tirs de gaz lacrymogènes lors d'une manifestation anti-putsch à Khartoum-Nord (31/12)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

10 févr. 2022 à 22:29
2 min
07 févr. 2022 à 14:34
2 min

Articles recommandés pour vous