RTBFPasser au contenu

"Couacs" à Waterloo: le commentateur plaide non coupable

Le commentateur de Waterloo s'explique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

22 juin 2015 à 15:31 - mise à jour 22 juin 2015 à 18:381 min
Par A. L. avec S. Otthiers

Quelques jours après les cérémonies du bicentenaire de la bataille de Waterloo, le commentateur francophone de la première reconstitution reprend la parole. Yann Le Faucheur a très mal vécu le déferlement médiatique qui a suivi sa prestation assez critiquée. Ce Breton d'origine, vivant en Belgique depuis 10 ans, plaide non coupable.

Ce guide amateur, passionné d'histoire napoléonienne, rappelle qu'il était là comme bénévole et qu'il n'a appris que très tard qu'il devrait assurer à lui seul la présentation du spectacle. "J’ai simplement été contacté 15 jours avant cet événement pour donner un coup de main et lire un certain nombre de textes" explique-t-il à la RTBF. Et, le jour de la première représentation "je me suis retrouvé sans aucun texte : rien de préparé, aucune coordination, non pas devant 20 ou 30 personnes comme je le fait régulièrement et avec plaisir, mais devant 60 000 personnes. Et la télévision et la radio".

"Pas normal"

En veut-il aux organisateurs des reconstitutions ? "Je pense que chacun a fait son maximum, quels que soient les organisateurs. C’est facile de jeter la pierre. Comment est-il possible que, pour un événement de cette taille, on prépare à la dernière seconde un des éléments qui me semblent clés dans ce genre de chose ? Ce n’est pas normal".

Yann Le Faucheur ne comprend pas pourquoi les médias l'ont pointé comme le principal coupable de ce couac. Sa famille et son travail en ont fortement souffert. Il voudrait à présent tourner la page.

Du côté de l'organisation, l'asbl "Bataille de Waterloo" le soutient complètement, et dénonce le lynchage médiatique dont il a été victime. Quant à l’association "Guides 1815", dont il est membre, elle prend également la défense de Yann Le Faucheur, en soulignant : "Le soir du 19, l’absence de visibilité et de communication, le manque de coordination entre les différents acteurs de cette soirée, entre autres, ont abouti à une désorganisation des commentaires pourtant cohérents et pertinents. Yann s’est ainsi trouvé face à une situation extrêmement complexe à gérer et des confusions de langage ont égrené ses commentaires".

Articles recommandés pour vous