RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

Couac informatique au 112 : la zone de secours de Wallonie picarde reçoit les adresses d’intervention… en néerlandais

Le problème concerne les communes de Mouscron, Comines et Flobecq.
07 juin 2022 à 07:55 - mise à jour 07 juin 2022 à 09:58Temps de lecture1 min
Par Denis Vanderbrugge

C’est un problème qui pourrait mettre des vies en danger. Depuis quelques semaines, les pompiers de Wallonie picarde reçoivent les adresses d’intervention dans certaines communes uniquement en néerlandais, rapportent Nord Eclair et L'Avenir. Un couac informatique qui peut avoir des conséquences sur le temps d’intervention.

" La centrale 112 de Mons qui reçoit les appels d’urgence a changé son logiciel il y a quelques semaines, explique Olivier Lowagie, commandant de la zone de secours de Wallonie picarde. Ce changement a eu une conséquence : les adresses pour les interventions dans les communes à facilités de notre zone nous parviennent uniquement en néerlandais. Comme ces demandes d’intervention arrivent par fichier informatique, c’est à notre personnel de traduire les adresses. "

Dans la zone de secours de Wallonie picarde, le problème concerne les communes de Mouscron, Comines-Warneton et Flobecq. Si dans certains cas la traduction est limpide, la situation prête parfois à confusion : " A Mouscron par exemple, nous avons la " rue de la Rouge Croix ". Mais lorsqu’on la traduit du néerlandais, elle devient " rue de la Croix Rouillée " (Verroestkruisstraat). Or, pour le dispatcheur francophone qui tape cette adresse en néerlandais dans le moteur de recherche, cette "rue de la Croix Rouillée" est inexistante. Au bout du compte, ce sont des secondes ou des minutes perdues. Cela ralentit l’intervention. C’est impensable en 2022 ! "

Les responsables de la zone de secours ont dénoncé le problème à la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. Ils lui demandent un retour à la situation précédente, soit les adresses envoyées dans les deux langues pour les communes à facilités. Mais pour l’instant, rien ne bouge.

Reportage du journal télévisé du 7 juin :

Articles recommandés pour vous