Coronavirus

Coronavirus : un an après les premières livraisons, le programme COVAX a-t-il tenu ses promesses ?

© Belga

31 mars 2022 à 14:26Temps de lecture3 min
Par Ibrahim Molough

Le programme COVAX est une initiative mondiale cordonnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ayant pour but d’assurer un accès équitable à la vaccination contre le coronavirus. Ainsi, les pays les moins riches peuvent, eux aussi, recevoir des vaccins afin de lutter contre l’épidémie.

En mars 2021, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont été les premiers pays à profiter du mécanisme d’aide pour lancer une campagne de vaccination.

Après un peu plus d’un an depuis les premières livraisons, où en est l’effort de vaccination dans les pays en développement grâce à l’initiative COVAX ? On fait le point sur la situation.

L’UE et les Etats-unis en tête des fournisseurs

D’après les données de la Task Force Covid-19 et de Our World in Data, une initiative conjointe du Fonds monétaire international (FMI), du Groupe de la Banque mondiale, de l’OMS et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour accélérer l’accès aux vaccins, l’Union européenne et les Etats-Unis sont est en tête des fournisseurs de vaccins pour le programme COVAX.

Ce résultat n’est néanmoins pas surprenant, l’objectif même de ce programme est le soutien des pays en développement, par les pays les plus riches. L’UE et les Etats-Unis étant deux grands pôles de richesses, il est alors logique que ces derniers participent activement au programme.

L’UE se place juste devant les Etats-Unis quant au nombre de vaccins donnés et livrés vers les pays bénéficiaires du mécanisme. Cependant, les Etats-Unis ont fourni un plus grand nombre de vaccins au bénéfice de COVAX. De plus, les Américains ont promis 345 millions de doses supplémentaires, alors que l’UE n’en a annoncé que 138 millions.

D’ailleurs, il est intéressant de se souvenir que les Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, avaient refusé de participer au mécanisme. Dès l’entrée en fonction de l’administration Biden, le pays avait annoncé son intention de rejoindre COVAX.

En y ajoutant toutes les catégories de vaccins confondues, les Etats-Unis ont promis 857 millions de doses à COVAX, bien plus que les 472 millions de doses prévues par les Européens.

Le 15 janvier 2022, l’Alliance du vaccin avait annoncé que le cap du milliard de doses de vaccin administrées via le programme Covax avait été dépassé.

En ce qui concerne la Belgique, le pays a donné et livré 8,2 millions de doses. Dans l’ensemble, la Belgique a promis la donation de 15 millions de doses, ce qui représente 3,18% de l’effort européen.

Loading...

Une vaccination toujours inégalitaire

Malgré la création du programme Covax, ce dernier n’est pas parvenu à enrayer l’inégalité vaccinale entre les différentes régions du globe.

Selon Our World in Data, seuls 14,5% des habitants des pays à faible revenu ont reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus.

Même son de cloche du côté du Programme des Nations unies pour le développement, qui indique que 71,75% des personnes provenant d’un pays à haut revenu ont été vaccinées, soit trois personnes quatre, contre 15,23% des personnes provenant d’un pays à faible revenu, soit une personne sur sept.

De plus, la plupart des pays au taux de vaccination faibles sont en Afrique subsaharienne. Dans le bas du classement, en partant du pays avec le plus faible taux de vaccination, on trouve : le Burundi, la République démocratique du Congo, le Tchad, Haïti, le Yémen, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Madagascar, le Cameroun, le Soudan du Sud et le Malawi.

Inversement, dans le haut du classement, on retrouve des pays en développement ou des micronations aux populations très faibles et dès lors, facilement vaccinées : Gibraltar, les Emirats Arabes Unis, le Portugal, Brunéi, Singapour, le Chili, Malte, le Qatar, les Îles Caïmans et Niué.

Loading...

Un programme avec ses défauts

COVAX continue de souffrir de plusieurs problèmes nuisant à son efficacité. Parmi eux, un manque de financement, une mauvaise gestion des stocks et la priorité de livraison donnée aux pays riches.

En effet, en début d’année, le programme a annoncé avoir besoin de 5,2 milliards de dollars dans les trois mois pour financer les doses de vaccins pour l’année 2022.

D’après le Monde, plus de 240 millions de doses de vaccins auraient dépassé leur date limite d’utilisation depuis le début de la campagne vaccinale. En réalité, ce bilan pourrait être sous-évalué. En cause, le manque d’informations en ce qui concerne les pays pauvres, qui reçoivent la majorité de leurs doses en provenance des pays riches via le programme Covax. Seul problème, ces doses, à leur arrivée, sont proches de la péremption, ce qui impose à ces pays d’impossibles délais pour immuniser leur population. Cette mauvaise gestion résulte en un gâchis de plusieurs millions de doses de vaccins.

Alors que l’épidémie faisait rage, l’UE et les Etats-Unis, pour s’assurer une grande disponibilité de vaccins, monopolisaient les capacités de production. Les pays pauvres, ne pouvaient pas faire face économiquement, devaient alors se montrer patients. Par conséquent, ces pays ont accumulé du retard sur le reste du monde.

Sur le même sujet

Covid: on est le mieux protégé après à la fois un vaccin et une infection, selon deux études

Coronavirus

Articles recommandés pour vous