RTBFPasser au contenu

Societe

Coronavirus : quels sont les activités et les comportements les plus risqués ?

Coronavirus : quels sont les activités et les comportements les plus risqués ?
17 janv. 2022 à 13:344 min
Par Marianne Klaric

Une étude quantifie le risque de contracter le Covid-19 en fonction des activités pratiquées et des comportements individuels. L’exercice vient d’être réalisé par le journal en ligne "The Conversation".

Même avec un masque, des activités très risquées dans une pièce mal ventilée

Les résultats de l’étude pointent des activités potentiellement très contaminantes. Le risque de contracter le virus est exprimé en pourcentage. Un tableau graphique (voir ci-dessous) montre les activités les plus dangereuses en termes de contagiosité. Elles sont mentionnées en rouge.

RTBF

Sans masque et à l’intérieur, ce sera bien évidemment la situation la plus risquée. Mais l’étude réserve quelques surprises pour le vulgum pecus que nous sommes. Ainsi, même si l’on porte un masque, le risque de contamination est bien réel. Si, par exemple, vous faites du sport de manière intensive dans un lieu clos et mal ventilé, que vous êtes masqué, que vous êtes en groupe, sans pour cela que la pièce soit surpeuplée, vous avez jusqu’à 96% de chance d’attraper le coronavirus.

Prendre le bus, aller en classe, faire du sport, des activités à haut risque

Dans l’étude, le potentiel de contamination par le coronavirus a été mis en relation avec une série d’activités de la vie courante, pratiquées avec ou sans les mesures sanitaires recommandées par les experts du monde entier : ventilation, port du masque, limitation des contacts, etc. La lecture des résultats permet d’évaluer son propre risque en fonction de ce que l’on fait : prendre un verre avec des amis, prendre le bus, aller à la salle de sport, au théâtre, au cinéma, en discothèque, à l’école – autant de situations à haut risque.

Contamination aléatoire par aérosol

On le sait, le SARS-CoV-2, le virus qui provoque le Covid-19, se répand majoritairement par aérosol. L’air est un fluide constitué de molécules qui se déplacent de manière rapide, invisible et aléatoire. Ces particules se propagent très bien dans les espaces fermés, comme une pièce d’habitation ou un bus. Le mode de contamination est connu : une personne infectée exhale des particules contenant le virus. Plus nous sommes proches, plus nous risquons d’être contaminé. Plus nous restons avec cette personne dans la même pièce, plus le risque de transmission est élevé. A l’extérieur, le risque est moindre, mais il n’est pas nul.

Les particules virales sont émises chaque fois que la personne infectée respire, surtout si elle respire profondément, quand elle fait du sport par exemple, quand elle parle ou encore lorsqu’elle chante.

Sans masque, même assis dans un coin, on contamine autant que quand on se dispute

L’étude nous rappelle que le port du masque réduit le risque d’infection, mais elle établit que si la personne infectée n’en porte pas, même si elle est assise tranquillement dans un coin, elle peut nous infecter tout autant qu’une personne qui s’approcherait de nous et nous parlerait fort, comme au cours d’une dispute. Cela est d’autant plus vrai depuis l’apparition du variant Omicron, dont le site "The Conversation" rappelle qu’actuellement au Royaume-Uni, 97% des infections lui sont dues.

Les données recueillies dans tous les cas de figure décrits ci-dessus ont été analysées selon un modèle mathématique. La probabilité d’être infecté par le SARS-CoV-2 est exprimée en pourcentage dans le tableau ci-dessous.

RTBF

Chanter dans une chorale sans masque : 99% de risques d’attraper le Covid-19

A la lecture de ces tableaux, on comprend qu’une des manières les plus probables de contracter le virus est de se mettre dans les situations marquées en rouge dans le tableau et les résultats ne sont pas surprenants. Parmi les situations les plus risquées : se rassembler dans un espace clos, faiblement ventilé comme une salle de sport, une boîte de nuit ou encore une salle de classe. Chanter en groupe, faire un exercice physique intense ou crier sont aussi des comportements à haut risque. Et bien évidemment, ôter son masque et rester au même endroit pendant longtemps sont des situations à éviter.

Si nous chantons dans une chorale ou dans un chœur, nous courons un grand risque relatif de contamination : 99% de risques d’être infecté si nous ne portons pas de masque et que nous chantons dans une pièce mal ventilée, en présence d'une personne contaminante. Même si nous sommes masqués, si nous chantons en groupe à l’intérieur, dans une pièce mal ventilée, le risque est de 37% dans un endroit où il y a peu de monde et de 85% s’il y a beaucoup de monde dans la pièce. Si, en revanche, nous pratiquons le chant masqué et en extérieur, le risque tombe à 0,016%.

Même risque pour le sport intense en intérieur. Même masqué, la probabilité que nous attrapions la maladie est de 98% dans une pièce pleine à craquer et mal ventilée.

Les recommandations que rappelle "The Conversation" sont connues depuis le début de la pandémie : se réunir de préférence à l’extérieur ou dans un lieu bien ventilé, restreindre le nombre de personnes invitées, passer le moins de temps possible ensemble, ne pas chanter ou faire de l’exercice physique en groupe et à l’intérieur, porter des masques adaptés et de bonne qualité et les garder tout au long de l’activité.

Le moteur de calcul mis au point par le média en ligne "The Conversation" est disponible pour évaluer les risques encourus.

Sur le même sujet:

Sur le même sujet

20 janv. 2022 à 10:41
5 min
18 janv. 2022 à 09:52
2 min

Articles recommandés pour vous