RTBFPasser au contenu

Manifestation contre les mesures sanitaires à Bruxelles : 44 arrestations, des véhicules et mobiliers urbains endommagés

Bruxelles : 35 000 personnes contre les mesures sanitaires

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 nov. 2021 à 12:56 - mise à jour 21 nov. 2021 à 17:384 min
Par Lavinia Rotili, Adeline Louvigny, Thomas Dechamps et Corentin Laurent

Environ 35.000 personnes, selon l’estimation de la police de Bruxelles Capitale-Ixelles, se sont rassemblées dimanche à 13h00 devant la gare du Nord de Bruxelles pour la manifestation intitulée "Ensemble pour la liberté". Un rassemblement qui a commencé dans le calme, mais certains esprits se sont échauffés en cours de manifestation.

Des incidents ont éclaté en milieu de manifestation, la police a dû déployer canons à eau et gaz lacrymogène pour disperser certains manifestants qui tentaient de sortir du tracé du cortège. De nombreux dégâts sont reportés sur les réseaux sociaux : voitures et combis de police endommagés, barricades en feu, vitrines de commerce éclatées. Le face-à-face avec les forces anti-émeutes s'est déroulé près dans la quartier européen, et rue de la Loi.

La porte de la police Bruxelles Capitale - Ixelles a confirmé l'arrestation administratives de 42 manifestants, et deux arrestations judiciaires. Un manifestant a également été emmené à l'hôpital pour une blessure à la main.

La police a confirmé que trois policiers avaient été blessés. Deux policiers ont une incapacité de travail de 11 jours et le troisième de quatre semaines. Ils ont été emmenés à l'hôpital pour recevoir des soins. Un policier a la main cassée et devra subir une intervention chirurgicale. Un autre a été blessé à la jambe et le troisième au poignet. Six véhicules et un scooter de police ont été endommagés.

 

Loading...
Loading...

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a réagi sur Twitter en dénonçant les actes violents et en appelant à s'unir pour lutter contre le coronavirus. "Une démocratie mature respecte l'opinion d'une minorité, mais n'accepte pas l'abus violent du vote de protestation par quelques-uns. Vaccinés ou non, il est important que nous continuions à suivre les mesures. Ce n'est qu'ensemble que nous pourrons gagner la lutte contre le virus."

Loading...

Canons à eau et lacrymogènes déployés

À 14h00, toute la circulation a été fermée sur la petite ceinture, en surface et dans les tunnels, pour permettre aux manifestants d'occuper toute la largeur de la petite ceinture. 

La police a fait usage de l'arroseuse et de gaz lacrymogène vers 14h45 à l'endroit où le cortège devait quitter l'avenue des Arts et tourner dans la rue Joseph II, contre des manifestants qui ont lancé des feux d'artifice vers les policiers et qui voulait continuer à avancer tout droit sur la petite ceinture.

Vers 15h30, un groupe a cherché la confrontation avec les forces de l'ordre près de la rue Joseph II et de la rue du Commerce. Des projectiles ont été lancés. La police est encore intervenue. Vers 16h00, un conteneur et des palettes ont été incendiés dans la rue Joseph II. 

Peu avant 16h30, des véhicules de police ont été endommagés près de la place Madou. Plusieurs poubelles ont été incendiées.

Des barricades ont été mises en place et incendiées dans la rue du Nord et l'avenue de la Joyeuse Entrée.

L'arroseuse a de nouveau été employée peu avant 17h00 au niveau du rond-point Schuman au motif qu'il y aurait eu des jets de projectiles pyrotechniques.

La plupart des personnes se sont dispersées peu après leur arrivée dans la petite rue de la Loi, mais quelques milliers de personnes étaient encore sur place à 17h00, heure de dislocation prévue. La police a alors annoncé sur Twitter qu'elle allait commencer à procéder à des arrestations. Les policiers ont commencé à pousser et à regrouper des participants restants dans le parc du Cinquantenaire en vue de leurs arrestations.

La circulation a pu être rouverte vers 18h30.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles "condamne fermement" ces individus perturbateurs. "J'ai donné l'instruction de procéder à des arrestations et d'analyser les vidéos. Merci à la police et aux différents services publics pour leur professionnalisme", a écrit sur Twitter Philippe Close.

Loading...

Incidents à Bruxelles : Recours aux caméras et réseaux sociaux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Nous dénonçons les mesures restrictives de liberté"

La manifestation, annoncée pour 13 heures, a commencé plus tôt, vers 12h30. Le cortège a démarré une heure plus tard près de la Gare du Nord, sur le boulevard Albert II. La dislocation s'est déroulée en fin d’après-midi, vers 17h00.

La police s’attendait à un afflux important de manifestants et avait prévu un dispositif de sécurité conséquent. Les Pays-Bas ont en effet connu des débordements violents lors de manifestations contre les mesures sanitaires ces derniers jours.

Les participants ont avant tout protesté contre le pass sanitaire, qu’ils estiment être un facteur de division dans la société, mais beaucoup  sont, de manière plus générale, contre les mesures sanitaires. Peu de personnes portaient un masque. "Nous dénonçons les mesures restrictives de liberté, qui n’ont pas constitué une solution structurelle pour les soins de santé", ont défendu les organisateurs dans leur communiqué.

Beaucoup de familles et personnes âgées

Beaucoup de Flamands étaient présents dans le cortège. Ils et elles ont arboré des pancartes en anglais ou en flamand et/ou des drapeaux flamands. Mais il y avait aussi beaucoup de familles et de personnes âgées, ont constaté nos journalistes sur place. Quelques petits groupes d’extrême droite et de flamingant étaient présents.

Des revendications très diverses

Parmi les manifestants, une grande diversité de points de vue : si certains chantent "Liberté, liberté", d’autres se disent ouvertement opposés à l’obligation vaccinale pour le personnel soignant. D’autres encore sont vaccinés mais contraires à l’utilisation du pass. Certains sont à la fois contraires au vaccin et au pass sanitaire.

Certains reprochent aux médias de participer à la désinformation autour de cette crise sanitaire. Une voiture de la RTBF, garée près du tracé du cortège, a été taguée avec un "Non à la désinformation".

Bruxelles / Marche contre le pass sanitaire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Loading...

Sur le même sujet

09 janv. 2022 à 06:31
1 min
05 déc. 2021 à 07:04
1 min

Articles recommandés pour vous