RTBFPasser au contenu

Pollution

Coronavirus : plus de 800 décès évités grâce à un air plus sain pendant le 1er confinement en Europe

Coronavirus :  plus de 800 décès évités grâce à un air plus sain pendant le 1er confinement en Europe
25 janv. 2022 à 12:292 min
Par Belga

Plus de 800 décès ont pu être évités grâce à l'amélioration de la qualité de l'air lors du premier confinement en Europe, ressort-il d'une étude publiée mardi par le service Copernicus pour la surveillance de l'atmosphère (CAMS) en collaboration avec la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM).

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont évalué l'association entre diverses mesures gouvernementales et la diminution des principaux polluants réglementaires, notamment le dioxyde d'azote (NO2), l'ozone et les particules fines PM2.5 et PM10, dans 47 grandes villes européennes, ainsi que la mortalité à court terme associée pendant la période de déclenchement de la pandémie de Covid-19 en Europe (février à juillet 2020).

"En utilisant les changements observés dans les concentrations quotidiennes des polluants étudiés, combinés à l'évaluation de l'exposition des personnes, les scientifiques estiment qu'un total de plus de 800 décès ont été évités grâce à l'amélioration de la qualité de l'air résultant des mesures gouvernementales prises pour limiter la propagation du virus SARS-Cov-2", explique le rapport.

les villes espagnoles, françaises et italiennes ont enregistré la plus forte diminution de NO2

Paris, Londres, Barcelone et Milan figurent parmi les six villes ayant enregistré le plus grand nombre de décès évités.

De manière générale, "les villes espagnoles, françaises et italiennes ont enregistré la plus forte diminution de NO2, entre 50 et 60%, au cours de la période, et ce polluant a été considérablement réduit dans toute l'Europe", précise Copernicus. Ce qui n'est guère surprenant dans la mesure où la moitié des émissions de NO2 environ sont générées par le transport routier, secteur le plus touché par les restrictions gouvernementales.

Les réductions pour les autres polluants (particules fines PM2.5 et PM10) ont été moins marquées.

Au-delà de l'analyse de la mortalité au cours des premiers mois de la pandémie, "cette étude, ainsi que d'autres études similaires, peuvent contribuer à faire passer le message que nous devons absolument améliorer la qualité de l'air urbain pour la santé humaine et pour l'environnement", a commenté Rochelle Schneider, professeur adjoint honoraire en science des données géospatiales au LSHTM et premier auteur de l'étude.

Sur le même sujet: archives JT 2020

Les canaux de Venise retrouvent leur clarté et leur faune aquatique

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

25 janv. 2022 à 05:00
4 min
19 nov. 2021 à 09:55
3 min

Articles recommandés pour vous