RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus : les "oubliés de la crise" manifestent sur les routes et à Namur

Les manifestants dénoncent une situation intenable pour les indépendants, le secteur de l’événementiel, et une réalité à deux vitesses.
02 sept. 2020 à 07:40 - mise à jour 02 sept. 2020 à 07:40Temps de lecture1 min
Par Anaïs Stas

Des représentants des forains, du secteur de l’événementiel ou encore du monde de la nuit organisent des cortèges sur les routes ce mercredi matin aux quatre coins de la Wallonie et à Bruxelles, avant un rassemblement prévu à Namur à 10h00.

Ils dénoncent une situation intenable pour les indépendants, le secteur de l’événementiel, et une réalité à deux vitesses. Ils donnent comme exemple les stades de foot et posent la question : "Pourquoi peut-on se réunir à 10.000 dans un stade, mais le traiteur ou l’organisateur d’événements, lui, n’a droit qu’à quelques centaines de personnes ?"

"Dans la mouise totale !"

Avec les restrictions, quasiment tous les événements sont annulés. Pas de travail. Et de facto, pour de nombreuses personnes de l’événementiel, pas de rentrée financière.

"La réalité ? C’est qu’on est à l’arrêt complet depuis presque sept mois, et on ne sait pas quand on va redémarrer. On est vraiment dans la mouise totale !", explique Benoît, habituellement technicien lumière sur des concerts. "Personnellement, j’ai la chance d’avoir droit à un complément de chômage. Mais j’ai plein de collègues qui n’ont plus rien du tout, pas un centime n’est rentré depuis plus de six mois."

Les travailleurs "oubliés" demandent au monde politique d'agir, de délier les cordons de la bourse pour que tout une série de métiers ne disparaissent pas purement et simplement.
Les travailleurs "oubliés" demandent au monde politique d'agir, de délier les cordons de la bourse pour que tout une série de métiers ne disparaissent pas purement et simplement. RTBF

Ils demandent donc aux politiques d’agir, de délier les cordons de la bourse avant qu’il ne soit trop tard. Comprenez : tant qu’il y a encore des métiers, des entreprises à sauver.

A quoi faut-il s’attendre sur les routes ?

C’est la grosse interrogation. Six cortèges sillonnent les principaux axes wallons ce matin. Parfois ce sont quatre ou cinq véhicules, comme le cortège qui est parti de Champion, ou parfois vingt véhicules pour celui de Liège. Dans tous les cas, ils veulent de la visibilité mais pas empêcher les gens d’aller travailler.

Ceux qui sont partis de Champion à 06h30 font un aller-retour Namur/aéroport de Charleroi à 70 km/h sur la bande de droite de l’autoroute. Les six cortèges se rejoindront à Jambes vers 10h00.

Sur le même sujet

02 sept. 2020 à 11:02
Temps de lecture2 min

Articles recommandés pour vous