RTBFPasser au contenu

Belgique

"La vaccination obligatoire nous permettrait de réaliser de belles économies au niveau des soins de santé" explique le président de l'Absym aux députés

"La vaccination obligatoire nous permettrait de réaliser de belles économies au niveau des soins de santé" explique le président de l'Absym aux députés
26 janv. 2022 à 09:20 - mise à jour 26 janv. 2022 à 15:103 min
Par Ambroise Carton avec Belga

Psychologues, médecins, juristes… une série d’experts dans différents domaines seront entendus en commission Santé à la Chambre. Objectif : aider les députés fédéraux à trancher le débat de la vaccination obligatoire contre le Covid-19.

Les échanges, diffusés en direct sur le site internet de la Chambre, ont commencé ce matin avec Luc Herry, le président de l’association belge des syndicats médicaux (Absym). Il a été suivi de Geert Vanden Bossche dont le nom a été ajouté à la liste des invités par le Vlaams Belang.

"La plupart des médecins sont favorables à une obligation vaccinale, affirme Luc Herry qui cite des enquêtes réalisées auprès de ses affiliés. La vaccination c’est une assurance santé pour soi-même et pour la collectivité. Si tout le monde était vacciné aujourd’hui, on pourrait vivre beaucoup plus tranquillement. On pourrait vivre avec cette vague tranquillement, ne plus faire de tests PCR et laisser nos enfants aller à l’école, sauf s’ils sont réellement malades."

Autre argument en faveur de la vaccination obligatoire cité par le président de l’Absym : elle entraînerait "beaucoup moins de charge pour le secteur médical de première ligne […] pour les hôpitaux et les laboratoires". Luc Herry ajoute que "la vaccination obligatoire nous permettrait de réaliser de belles économies au niveau des soins de santé". Il cite le chiffre de 5 millions d’euros par jour dépensés en tests PCR.

Nous avons une vie sociale et familiale très restrictive depuis deux ans, cela pèse sur tous les soignants

Par ailleurs, cette obligation "permettrait aussi de soigner avec beaucoup plus d’accessibilité les soins courants. Pour le moment beaucoup de soins courants sont reportés à cause des hospitalisations des cas Covid. Les lits de soins intensifs sont en partie occupés par ces cas Covid. On doit reporter des interventions chez des patients qui se mettent en danger à cause de ce report".

Luc Herry termine son intervention en attirant l'attention sur le sort des soignants qui subissent la pandémie au quotidien. "Nous avons une vie sociale et familiale très restrictive depuis deux ans, cela pèse sur tous les soignants", fait-il valoir.

Place ensuite à Geert Vanden Bossche. Ce vétérinaire de formation qui a travaillé pour GAVI, "l’Alliance du Vaccin", une fondation financée principalement par la fondation Melinda et Bill Gates et se présente comme "un consultant indépendant", s'exprime régulièrement contre l'obligation vaccinale face au Covid-19. 

Pour lui, "il ne faut pas compter sur le fait que les vaccins actuels vont pouvoir contrôler la pandémie". Une pandémie qui est amenée à "s'épuiser spontanément après un certain temps". Geert Vanden Bossche estime qu'il faut davantage miser sur le développement de l'immunité naturelle de la population. Celui qui affirme qu'il est "inutile de vacciner les enfants" veut au passage mettre en garde contre les effets secondaires à "court terme et à long terme" des vaccins.

Questions des députés

L'audition de Geert Vanden Bossche a suscité quelques interrogations chez les députés. Catherine Fonck (cdH) lui a demandé d'apporter à la commission les publications scientifiques "evidence based" sur lesquelles il a basé ses conclusions. "Je regrette le manque de références"', a complété Laurence Zanchetta (PS).

"Il n'y a aucun doute sur les bienfaits de la vaccination. Le débat porte sur les stratégies les mieux adaptées pour augmenter cette vaccination", a estimé Daniel Bacquelaine (MR). "Personne n'a jamais dit que le vaccin, c'était la panacée. C'est un outil parmi d'autres", a exprimé Sophie Rohonyi (DéFI), dont le parti est favorable à la vaccination obligatoire uniquement pour les plus de 50 ans. Elle a jugé "dangereux voire criminels" les propos de Geert Vanden Bossche. "Ils invitent à la contamination volontaire !"

Le vétérinaire de "Voice for Science and Solidarity" a évoqué un "malentendu lorsque l'on dit que je suggérerais que les mutations sont induites par la vaccination de masse". Selon lui, dans un tel contexte, "c'est le variant le plus fort qui va survivre". "Où sont les évaluations par les pairs qui prouvent qu'une vaccination massive contre un virus qui peut facilement muter serait une réussite ? Il n'y a aucune révision par les pairs qui suggère cela", a-t-il également répondu.

Les discussions se sont poursuivies dans l'après-midi avec les intervenants suivants :

  • Lilian Schoofs (KULeuven)
  • Ann De Guchtenaere (UGent)
  • Johan Neyts (KULeuven)
  • Emmanuel André (KULeuven)

QR du 19/01/2022:

Leïla Belkhir a appris sur Twitter être membre de la liste d'experts chargés d'analyser la pertinence de la vaccination obligatoire

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

22 mars 2022 à 10:05
2 min
27 janv. 2022 à 08:57
1 min

Articles recommandés pour vous