Coronavirus : les Belges se déplacent à nouveau et les courbes se "stabilisent" au lieu de diminuer

Coronavirus : conférence de presse du Centre inter-fédéral des chiffres Sciensano du jour pour le mercredi 9 décembre

© Belga Images

09 déc. 2020 à 09:13 - mise à jour 09 déc. 2020 à 11:07Temps de lecture3 min
Par C. L.

Comme chaque mercredi, le Centre inter-fédéral de crise a tenu sa conférence de presse à 11h pour faire le point sur l’évolution de l’épidémie dans notre pays.

Dans les chiffres rapportés pour ces 24 dernières heures, Sciensano porte à 1957 le nombre de nouvelles contaminations au coronavirus. Lorsque l’on observe les chiffres consolidés, une légère hausse des contaminations se présente par rapport à la veille.

121 nouveaux décès liés au Covid ont aussi été dénombrés en 24 heures, ce qui fait diminuer la moyenne de 19,4% par rapport à la semaine dernière.


►►► À lire aussi : L’évolution en temps réel de l’épidémie de coronavirus en Belgique en chiffres et graphiques


Les hospitalisations, elles, augmentent légèrement elle aussi avec une moyenne des admissions qui passe de 191,9 à 192,7 par rapport à la veille.

Il y a désormais 3143 patients hospitalisés pour le Covid-19 dans les hôpitaux belges, dont 676 sont en soins intensifs. Dans cette tendance au tassement de la diminution des hospitalisations, on peut noter 207 nouvelles admissions durant ses 24 dernières heures ainsi que 320 sorties.

Une stabilisation plutôt qu’une diminution

Certaines régions du pays connaissent une hausse des contaminations. C'est notamment le cas en province de Luxembourg alors que les autres provinces wallonnes connaissent une diminution plus conséquente qui varie entre 15 et 20% excepté en Brabant wallon où elle ne diminue que de 3%. En Flandre trois provinces connaissent une hausse des cas positifs : le Brabant flamand, Anvers (3%) et la Flandre occidentale (10%)

La diminution des hospitalisations commence à bloquer et Yves van Laethem confirme que la Belgique n’est pas une exception : "Les autres pays européens suivent la même sensibilité".


►►► À lire aussi : Si les courbes suivent la tendance actuelle, quand pourrions-nous assouplir les mesures ? Jamais, en fait


Sur les quatre ou cinq derniers jours, les hospitalisations se stabilisent sans réellement diminuer, excepté à Bruxelles. Pour expliquer la hausse des hospitalisations par rapport aux derniers jours, le Centre de crise préfère employer le terme de "stabilisation". Cette tendance de la courbe s’explique par le décalage entre les contaminations et les hospitalisations : "On sait que l’hospitalisation suit les infections de quelques jours. Comme on voit les chiffres de certaines provinces, cela découle donc de ces hausses des contaminations".

Yves van Laethem appelle donc à "diminuer spontanément les déplacements", afin d’éviter de tenir le cap voire même de reprendre une diminution des courbes.

Point presse covid-19 du 09/12/2020 : comment expliquer la stabilisation des hospitalisations ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les Belges se déplacent à nouveau

Comment expliquer la hausse des contaminations ?

Il n’y a pas d’explication unique en tout cas, selon le Centre inter-fédéral de crise : "Elle se passe dans toutes les tranches d’âges dans ces provinces".

Après une première augmentation de la mobilité des Belges à la réouverture des écoles, une seconde est visible suite à la réouverture des commerces non-essentiels. Yves van Laethem encourage les gens à faire leurs courses et shopping dans leur région. Il entend donc rappeler aux Belges qu’il est fortement déconseillé de se rendre dans les pays voisins comme dans le nord de la France et au Grand-Duché. L’un des facteurs qui peut expliquer la hausse en province de Luxembourg est son caractère transfrontalier tant pour le travail que pour le shopping.

Point presse covid-19 du 09/12/2020 : un point sur la mobilité des belges

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Limitons nos activités en gardant le lien"

Le télétravail est moins répandu que lors de la première vague, il est pourtant "obligatoire là où cela est possible", comme le rappelle Antoine Iseux.

Il met l’accent sur l’attention à accorder pour le bien-être au travail alors que les interactions entre collègues peuvent manquer. Les activités de fin d’année doivent être limitées suite aux mesures, sans pour autant couper le lien : "Les vidéos et autres messages doivent remplacer les activités extraprofessionnelles qui rythment habituellement la fin d’année".

Un ton donné globalement par les experts, comme Marius Gilbert lundi soir qui appelait à "tenir bon" et à investir dans le bien-être mental tout autant que dans la lutte contre le virus dans les soins de santé.

Point presse covid-19 du 09/12/2020 : le télétravail est moins répandu que lors de la première vague

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les enfants responsables ?

Suite à une question posée par la presse, le Centre inter-fédéral de crise a tenu à clarifier le potentiel contaminateur que représentent les enfants. "Ils peuvent transmettre la pathologie mais peuvent rarement être malades, ce qui est favorable", souligne Yves van Laethem. Avant de poursuivre : "Les enfants ont un certain nombre de contacts, ce qui peut jouer un rôle dans la transmission mais on sait qu’ils sont moins transmetteurs. Cela peut aller plus facilement des adultes vers les enfants que les enfants qui contaminent les adultes".

"La reprise scolaire a provoqué une reprise d’environ 15% de la population qui reprenait des contacts", chiffre le Centre de crise. Même si les enfants ne sont pas le vecteur principal de la contamination, il faut faire attention aux contacts qu’ils ont. Les porte-parole rappellent donc d’éviter le contact avec les grands-parents et personnes plus vulnérables.

Extrait du JT du 09/12/2020

Covid-19 : Des chiffres qui repartent à la hausse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous