RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus : le Conseil supérieur de la santé (CSS) a rendu son avis sur la vaccination des enfants

16 déc. 2021 à 17:35 - mise à jour 17 déc. 2021 à 09:13Temps de lecture2 min
Par Ambroise Carton avec Johanne Montay

Le Conseil supérieur de la santé (CSS) a rendu son avis ce jeudi sur la suite de la campagne de vaccination contre le Covid-19, particulièrement en ce qui concerne les enfants.

Verdict : le CSS conseille de renforcer la campagne de primo-vaccination des adultes et de distribuer rapidement la dose booster à ceux qui ont déjà été totalement vaccinés dans le schéma initial (une dose ou deux doses selon le type de vaccin).

Pour ce qui est des enfants, le CSS estime que la vaccination des 5-11 ans doit se faire en priorité pour ceux qui ont des comorbidités ou ont des contacts rapprochés avec des personnes à risque.

La vaccination peut être proposée aux 5-11 ans qui n’ont pas de comorbidités, estime-t-on de même source. Mais dans ce cas, cela devrait se faire sur une base individuelle et volontaire.

Cette vaccination se fera en deux doses de vaccin Comirnaty (Pfizer) à ARN messager, espacées de 3 semaines. Le dosage est pédiatrique et est d’un tiers de la dose prévue pour les enfants de 12 ans et plus (10 microgrammes contre 30).

Le Conseil supérieur de la santé appuie ses recommandations sur plusieurs arguments :

- Le vaccin Comirnaty (Pfizer) est sûr et efficace contre le Covid-19 symptomatique, pour les enfants de 5 à 11 ans, d’après les études de phase 3 ;

- Les enfants qui ont des comorbidités ont un risque d’hospitalisation multiplié par 12 et d’admission aux soins intensifs multiplié par 19 ;

- Les effets secondaires les plus courants après la vaccination chez les enfants de 5 à 11 ans sont similaires à ceux rencontrés chez ceux de 12 ans et plus (douleur au point d’injection, fatigue, maux de tête, rougeur et douleur au point d’injection, douleur musculaire et frissons). Ils sont généralement légers à modérés et disparaissent quelques jours après la vaccination ;

- Si l’effet direct sur la santé des enfants sans comorbidités pourrait être limité, une réduction des infections et de la transmission dans la société pourrait être bénéfique aux enfants, si elle pouvait aider à éviter la fermeture des écoles et la période de quarantaine ;

- Enfin, il existe un manque de connaissances et d’importantes incertitudes comme les données de sécurité (ex. : myocardites, péricardites) dans un plus grand groupe d’enfants âgés de 5 à 11 ans, limité pour l’instant, la protection de la vaccination contre le syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants, l’impact de l’infection naturelle, l’impact sur la vaccination de la perte d’efficacité des vaccins et l’émergence de nouveaux variants préoccupants comme le variant Omicron.

La taskforce vaccination a reçu cet avis du Conseil supérieur de la santé et rendra le sien aux ministres concernés qui décideront en Conférence interministérielle (CIM) santé la semaine prochaine. Ils attendent également encore l’avis du Comité consultatif de bioéthique.

JT du 16 décembre 2021 : avis favorable du Conseil supérieur de la santé sur la vaccination des enfants

Sur le même sujet

24 févr. 2022 à 16:33
Temps de lecture1 min
20 déc. 2021 à 07:39
Temps de lecture3 min

Articles recommandés pour vous