RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Coronavirus: la proximité avec la Hollande, non confinée, fait-elle des Fourons une zone à risque ?

La fermeture de la forntière belgo-hollandaise semble rassurer la population fouronnaise
21 mars 2020 à 11:11 - mise à jour 21 mars 2020 à 11:42Temps de lecture1 min
Par Michel Gretry

Depuis quelques jours, une sorte de méfiance s’était installée parmi la population fouronnaise, envers les "voitures à plaque jaune", les véhicules immatriculés au nom de citoyens hollandais : ils sont nombreux à être domiciliés dans la commune (c’est d’ailleurs ce qui, à l’époque, a fait basculer la majorité locale de la liste wallonne à la liste flamande), et à continuer à travailler de l’autre côté de la frontière.

A travailler, mais également à s’approvisionner dans les supermarchés maastrichtois. C’est-à-dire à fréquenter une zone sans confinement, et donc, potentiellement, à en revenir contagieux.

C’est ce qui explique que la fermeture de la frontière, décrétée par le ministre de l’intérieur, soit bien acceptée. Certes, comme le dit le bourgmestre Joris Gaens, les trajets domicile/travail restent autorisés, "mais depuis ce samedi matin, nous avons renforcé les contrôles de police, avec une deuxième équipe, qui visite les gîtes, et une troisième patrouille qui surveille le trafic, pour s’assurer que seuls des déplacements essentiels sont effectués".

Evidemment, ça ne dispense pas de prendre des précautions plus individuelles, comme ce boulanger qui impose le respect de la distanciation sociale, avec mise à l’écart de son terminal de paiement.

Dans la famille de l’ancien bourgmestre Huub Broers, par exemple, le petit-fils a été confié à une tante, pour éviter les contacts avec son père, qui, professionnellement, doit se rendre quotidiennement en territoire néerlandais.

 

►►► À lire aussi : Coronavirus: amendes, prison, que risque-t-on en Belgique et ailleurs en cas de non-respect des mesures ? 

 

►►► À lire aussi : confinement à cause du coronavirus en Belgique: que pouvez-vous encore faire ? Ou pas ? 


Par ailleurs, un ancien président du centre public d'aide sociale se demande si désormais, ce n'est pas la "frontière" entre les provinces de Liège et de Limbourg qu'il conviendrait de fermer, au vu des statistiques officielles du ministère de la santé, et du différentiel énorme de cas recensés dans ces deux aires géographiques.

 

 

Extrait d'une publication de Jean-Louis Xhonneux
Extrait d'une publication de Jean-Louis Xhonneux © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous