RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Coronavirus : la pandémie ralentit, les emplois s’adaptent

Moins de masques = moins d’emplois !
09 mars 2022 à 16:23Temps de lecture3 min
Par Thierry Vangulick

Avec le passage en code jaune et le fort ralentissement des contaminations, tout le système mis en place depuis deux ans par le gouvernement fédéral, call centers et centres de vaccination, va devoir être adapté à la nouvelle réalité.

Les call centers sont désormais déchargés de la mission du tracing, qui est reprise par la cellule des maladies infectieuses de l’AVIQ. Or cette activité nécessitait un personnel important. De très nombreux intérimaires avaient été affectés au suivi des cas contacts.

En Région bruxelloise, on est passé de 600 à 300 agents. Que vont devenir ces travailleurs qui, depuis deux ans et dans des conditions difficiles, se sont investis dans cette mission essentielle ?

Réorientation et reclassement

Un plan de sortie et de reclassement a été élaboré. Il prévoit que les agents seront soit réorientés vers d’autres missions au sein du call center, soit vers un autre emploi. Quant aux intérimaires, leur contrat s’achève avec la mission pour laquelle ils ont été engagés.

Pour tous ces travailleurs, c’est donc une page qui se tourne. A l’exemple de ce graphiste de formation : au départ, il ne comptait faire ce job qu’un ou deux mois mais finalement, il y est resté presque deux ans.

Il ne compte pas faire carrière dans un call center mais grâce à des rencontres qu’il a faites durant la mission tracing, il va monter des projets avec un autre graphiste. Pour lui, le covid a été une parenthèse mais avec la reprise des activités culturelles et événementielles, les commandes vont revenir.

Un nouveau job

Et certains ont déjà retrouvé un emploi dans le domaine du "contact center", qu’ils ont découvert à la faveur de la crise sanitaire. Ils pourront valoriser leur expérience auprès de nouveaux employeurs dans le domaine par exemple de l’énergie ou des télécoms.

C’est le cas de Marie Elias, pour qui cette mission a été avant tout une expérience humaine exceptionnelle mais aussi professionnelle. Elle a assumé la coordination d’une équipe, ce qui était nouveau pour elle. Aujourd’hui, elle ne travaille plus sur le tracing mais sur d’autres tâches mais toujours pour la même société et elle a emmené avec elle une partie de l’équipe qui travaillait sur le tracing.

Les centres de vaccination continuent

Les centres de vaccinations, eux, ne vont pas tous fermer. On en conserve neuf (un par province), où l’on pourra continuer à se faire vacciner et qui seront en première ligne si la pandémie reprend.

Le personnel excédentaire de ces centres (médecins, infirmières) retournera à ses tâches précédentes. Les agents administratifs intérimaires iront vers un autre emploi. Quant au personnel des agences de gardiennage, très sollicités notamment pour le contrôle du CST, ils connaîtront leur sort au terme d’une réunion qui se tient aujourd’hui dans les entreprises concernées.

Entreprises recyclées, la fin des masques ?

Et puis, il y a les entreprises qui s’étaient adaptées pour la fabrication des masques. Dès le 17 juin 2020, la société Deltrian à Fleurus a mis au point un masque très efficace. Spécialisée dans la fabrication de filtres, cette entreprise s’était en partie reconvertie pour produire 300.000 masques par jour au plus fort de la crise.

Aujourd’hui, la même société, qui avait créé 4 lignes de production avec 30 travailleurs, doit réduire la voilure. Elle a d’abord mis fin aux contrats intérimaires et n’a gardé que 4 personnes pour fabriquer désormais 20.000 et 40.000 masques quotidiennement. Pas suffisant pour amortir l’investissement de base.

Mais Deltrian compte sur les retombées des innovations qu’elle a mis au point. Une production que Jean Kalyvas, responsable marketing de la société, espère voir se stabiliser avec des clients comme les hôpitaux et le monde médical.

Sur le même sujet

Hausse des coûts, baisse du chiffre d’affaires : la guerre en Ukraine impacte les PME, selon l’UCM

Economie

Coronavirus en Belgique : légère augmentation des admissions à l’hôpital liées au Covid-19

Coronavirus

Articles recommandés pour vous