RTBFPasser au contenu

Monde

Coronavirus : l'Ouganda lève les contrôles covid à sa frontière pour enrayer une pénurie de carburant

Coronavirus : l'Ouganda lève les contrôles covid à sa frontière pour enrayer une pénurie de carburant

Le gouvernement ougandais a annoncé mardi la suspension des tests de détection du Covid-19 obligatoires à sa frontière avec le Kenya, après que cette mesure a provoqué d'énormes embouteillages de camions et perturbé l'approvisionnement du pays en carburant.

Cette pénurie a provoqué une ruée sur les stations-service et fait flamber les prix à la pompe, qui ont été multipliés par trois dans certaines régions, atteignant 12.000 shillings (3 euros environ). Ailleurs, certaines stations se sont retrouvées à court d'essence.

Les médias kényans ont fait état de 70 kilomètres d'embouteillages à la frontière avec l'Ouganda, en raison des retards causés par les contrôles de coronavirus. 

"Le ministère (ougandais) de la Santé a immédiatement et temporairement suspendu les tests obligatoires aux deux postes-frontière pour faciliter la circulation des camions vers et à l'intérieur du pays", a déclaré un responsable du ministère, Charles Olaro. 

Cette décision vise également à éviter un "potentiel super-propagateur" de Covid-19 à la frontière, a-t-il ajouté.

"Depuis ce matin, nous avons vu de nombreux camions quitter les points frontaliers et se diriger vers l'Ouganda avec leurs marchandises. J'espère que nous verrons les prix du carburant baisser dans les prochaines 24 heures", a déclaré Juma Sentongo, membre du syndicat ougandais des chauffeurs routiers longue distance.

"La congestion aux frontières s'atténue lentement, mais le trafic lourd mettra plus de temps que prévu à se fluidifier car le dédouanement (ainsi que) les tests Covid-19 ont également été problématiques", a indiqué Alex Mwerinde, un chauffeur de 41 ans. 

L'Ouganda a enregistré 158.676 cas de Covid-19 dont 3.424 décès, selon les derniers chiffres gouvernementaux du 15 janvier.

 

Articles recommandés pour vous