Coronavirus : l’obligation vaccinale pour les soignants en France. Et en Belgique ?

© AFP or licensors

14 sept. 2021 à 11:57 - mise à jour 14 sept. 2021 à 19:07Temps de lecture4 min
Par M.A. sur base du dossier de la rédaction

En France, la vaccination devient obligatoire à partir de ce mercredi 15 septembre pour le personnel des soins de santé (aide-soignant, les infirmiers, le personnel des maisons de repos (EHPAD), pompiers, médecins). Ceux-ci devront démontrer qu’ils ont reçu au moins une dose dans le cadre du schéma vaccinal. Et en Belgique ? Un accord de principe politique existe.

Sans salaire

Les autorités françaises annoncent des contrôles. En cas de non-respect de l’obligation vaccinale, le personnel pourra être suspendu et se retrouver sans salaire. A la date du 16 octobre 2021, ils devront tous avoir reçu deux doses de vaccin.

La Confédération générale du travail (CGT), l’un des principaux syndicats de la profession, appelle aujourd’hui à une journée de mobilisation. Notons que 95% des soignants parisiens dans les hôpitaux publics ont au moins reçu une dose de vaccin. Quant aux pompiers, ils sont huit sur dix à avoir reçu leur première piqûre.

Au niveau national, il est difficile d’avoir une photographie complète, car tous les chiffres ne sont pas encore disponibles, mais d’après les dernières tendances ils seraient 9 soignants sur 10 à avoir reçu au moins une dose de vaccin. C’est ce que nous expliquait ce matin, sur la Première, notre correspondant à Paris William de Lesseux.

L’obligation vaccinale, annoncée au début de l’été par le président français Emmanuel Macron, suscite toujours le mécontentement. La France n’est pas le seul pays européen à rendre la vaccination obligatoire. L’Italie, par exemple, était l’un des premiers.

Et en Belgique ? "Aucune idée"

Concernant la Belgique, rappelons, tout d’abord, qu’un accord de principe d’une obligation vaccinale pour le personnel des soins de santé a été adopté à la fin du mois d’août, lors du dernier Comité de concertation (Codeco). Il reste encore à définir un cadre légal à cette obligation.


►►► À lire aussi : Obligation vaccinale du personnel soignant : un accord de principe a été trouvé, reste à définir le cadre légal


Alors est-ce pour bientôt en Belgique ? Yves Hellendorff, secrétaire national de la CNE, n’en a "aucune idée", disait-il ce matin sur la Première, en précisant qu’il n’avait pas été concerté sur cette question. On sait néanmoins que le gouvernement a demandé son avis au Conseil national du travail (CNT) et au Conseil Supérieur pour la Prévention et la Protection au Travail. Leurs avis devraient en principe être remis avant le prochain Comité de concertation.

Le secrétaire national de la CNE explique ensuite qu'"il est normal dans une politique de Santé publique ; ce n’est pas dictatorial d’imposer un vaccin". En rappelant que cela avait été fait pour d’autres maladies comme la poliomyélite, l’hépatite, etc. Par ailleurs, Yves Hellendorff, estime qu’il faut expliquer pourquoi il faudrait vacciner de façon plus importante le personnel soignant que le reste de la population.

Nous constatons que la vaccination est un outil tout à fait fiable dans la lutte contre la propagation du virus

Pourquoi cibler uniquement le personnel soignant ?

L’obligation vaccinale doit-elle se limiter au personnel soignant ? A cette question Yves Hellendorff précise qu’il n’y a pas de preuve que le personnel dans les soins de santé transmette de façon plus importante le virus que d’autres activités. Selon le syndicaliste, la perception du personnel dans les établissements de soins est que "s’il y a obligation vaccinale, on ne comprend pas et on n’a pas d’arguments qui disent que cela devrait être plus ciblé sur le personnel soignant que sur l’ensemble de la population".

Un taux de vaccination qui varie énormément

En Flandre, dans la plupart des hôpitaux, plus de 93% (93,6%) du personnel soignant est déjà vacciné, a précisé mardi le ministre Wouter Beke en commission au parlement flamand. Une obligation de vaccination pour le personnel soignant n'est "pas un tabou" pour lui, même si la Flandre n'a pas attendu le fédéral sur ce point, a-t-il souligné : "fin juin nous étions à un taux de vaccination de 83% du personnel soignant, maintenant on est à plus de 93%". Yves Hellendorf abonde : il ne voit pas pas l'intérêt de rendre la vaccination obligatoire en Flandre dans ce cas.

Dans les maisons de repos, il y a dans certains cas un taux de vaccination de 40%. Le syndicaliste précise que ces chiffres ne sont pas seulement liés à Bruxelles, en Wallonie aussi le taux de vaccination varie d’un établissement à l’autre. Cela serait dû à la façon d’aborder les "campagnes de conviction du personnel sur l’utilisation et l’utilité de la vaccination était extrêmement différente. Là où on a eu une direction qui a montré l’exemple, qui a été proactive, qui a eu les bons arguments, on a pu développer un taux de vaccination extrêmement important".

L’idée d’une obligation vaccinale libère la parole antivax

Une obligation vaccinale, comme en France, avec des sanctions pourrait-elle donner des résultats en Belgique ? Pour Yves Hellendorff, les effets seront les mêmes. Mais il précise que "les effets collatéraux seront là aussi".

Le syndicaliste explique qu’aujourd’hui la parole anti-vaccin s’est totalement libérée dans les établissements de soins et que le personnel perçoit cette obligation comme injuste. "Parce que ce personnel a été le héros de la lutte contre la pandémie et aujourd’hui, il a l’air d’être puni et d’être pénalisé en disant qu’il était responsable". Il rappelle les conclusions d’une étude : "une communication coercitive a un impact négatif sur la prise en compte de l’intention de se faire vacciner". Au niveau de la stratégie on serait donc sur la mauvaise voie, selon lui. D’autant plus, explique-t-il, qu’il y a des risques de pénurie de personnel.

Pour Wouter Beke, se faire vacciner est une "obligation morale" pour le personnel soignant. "Je trouverais ça incompréhensible, de travailler dans la santé et de ne pas se faire vacciner, sauf si on a un problème physique qui empêche la vaccination", affirmait-il mardi.

 

Sur le même sujet

Obligation vaccinale des soignants : les employeurs veulent pouvoir licencier les réfractaires, la CNE parle "d'une guerre civile"

L’obligation vaccinale pour les travailleurs se répand à travers le monde

Monde

Articles recommandés pour vous