RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Coronavirus : l’Absym saisit le Conseil d’Etat contre la stratégie de vaccination

27 févr. 2021 à 10:01 - mise à jour 27 févr. 2021 à 10:03Temps de lecture1 min
Par Jean-François Noulet

Le syndicat médical Absym saisit le Conseil d’Etat au motif que la procédure d’identification des patients à risque dans le cadre de la campagne de vaccination "viole le secret médical".

Une procédure de vaccination trop complexe et qui met le secret médical en péril

La stratégie belge de vaccination continue à faire débat et plus particulièrement quand cela concerne les personnes à risque de moins de 65 ans. Il y a un peu plus d’une semaine, l’Absym était déjà montée au front sur ce sujet. L’Absym, le principal syndicat belge des médecins, critiquait la complexité de la procédure de vaccination qui risquait de porter préjudice aux personnes.

Ce samedi, les quotidiens Het Nieuwsblad et Gazet van Antwerpen rapportent que l’Absym porte le combat devant le Conseil d’Etat. "Pour une question de principes, nous ne pouvons pas laisser passer cela", a fait valoir le président honoraire du syndicat, Marc Moens.

L’Absym a introduit une demande de suspension. Elle vise un arrêté royal et un protocole d’accord entre les ministres de la Santé portant sur l’organisation de la campagne de vaccination.

Pour le syndicat, la mise sur pied de bases de données permettant de centraliser et d’échanger quantité de données des patients "met en péril le secret médical".

La campagne de vaccination serait plus rapide si l’on vaccinait en fonction de l’âge ?

La stratégie de vaccination donne par ailleurs priorité aux personnes de moins de 65 ans souffrant de comorbidités, une décision qui entraîne une charge de travail supplémentaire pour les médecins généralistes, déjà surchargés, qui doivent aider à l’identification de ces patients, expose le syndicat.

Selon plusieurs associations de médecins, cela compliquerait et retarderait aussi beaucoup la campagne de vaccination. "L’objectif doit être de vacciner tout le monde le plus rapidement possible. L’âge est le facteur de risque le plus important pour le coronavirus", dit Marc Moens, le Président honoraire de l’Absym.  Au début du mois de février, l'ABSYM s'était déjà exprimée sur son opposition à la vaccination prioritaire des personnes en comorbidité. 

 

Sur le même sujet

La taskforce "Vaccination" rassure sur les couacs dans l’envoi des convocations et sur l’utilisation des stocks de vaccins

Belgique