Belgique

Coronavirus et mesures très strictes: la santé mentale des détenus mise à rude épreuve en 2020

La santé mentale des détenus a été mise à rude épreuve en 2020 à cause du covid
13 sept. 2021 à 05:00Temps de lecture3 min
Par Melanie Joris

Pour beaucoup de monde, la crise sanitaire a été difficile à vivre. Absence de contact, perte de repère, angoisse liée au virus. Ces effets se sont aussi fait ressentir dans nos prisons. Le nombre de cas covid a été plutôt limité, mais les détenus n’ont pas été épargnés d’un point de vue psychologique. C'est ce qui ressort du dernier rapport du Conseil Central de surveillance pénitentiaire que la RTBF a pu se procurer en primeur. 

Les observateurs du monde carcéral soulignent la bonne prise en charge et le dépistage du covid dans les prisons. D’ailleurs, on le voit dans les chiffres, le nombre de contaminations en prison est resté très limité. Mais pour arriver à ce résultat, des mesures très difficiles à vivre ont été prises comme la suppression des visites ou encore la mise sur pause des plans de reclassement, ces plans qui permettent aux détenus de préparer l’après prison.

10€ d’appel et des visioconférences

Marc Nève, le président du Conseil Central de surveillance pénitentiaire (CCSP), a observé l’impact du covid sur la santé mentale des détenus : "L’impact a été terrible sur les détenus. Ce que nous avons vécu à l’extérieur n’a pas été facile. Il a été démesurément difficile à l’intérieur pour les détenus et leurs familles".

Pour rompre cet isolement, des mesures ont été prises par l’administration pénitentiaire. Lors du premier confinement, pendant deux mois, les détenus ont reçu chaque semaine un crédit de 10€ d’appel pour pouvoir maintenir un lien avec l’extérieur. 

Dans certaines prisons, des appels en visioconférence ont aussi été proposés aux détenus. Une mesure très bénéfique pour Marc Nève du CCSP : "Je me souviens d’un détenu qui avait pu avoir un contact avec sa famille au Brésil. C’est fantastique, mais ce système de visioconférence est resté relativement marginal. Et n’oublions pas que beaucoup de familles sont dans une situation particulièrement précaire. Tout le monde n’a pas accès au matériel nécessaire". Malgré ce bémol, le Conseil central de surveillance pénitentiaire plaide pour le maintien de ces contacts virtuels bien au-delà de la crise sanitaire.

Le droit de plainte enfin appliqué

Le deuxième élément important dans le rapport annuel du Conseil central de surveillance pénitentiaire concerne le droit de plainte. Il s’agit d’un très vieux chantier puisque le principe avait été inscrit dans une loi il y a 15 ans.

Le droit de plainte est limité aux décisions qui visent personnellement le détenu. Il est donc inutile pour un détenu de rédiger une plainte quant au délabrement de sa cellule ou la qualité des repas. Par contre, il peut se plaindre d’une sanction disciplinaire qu’il aurait reçue suite à un comportement inapproprié : dispute, agressivité verbale ou encore sur la manière dont une fouille se serait déroulée.

Pour Marc Nève, ce droit de plainte est primordial : "Le droit de plainte, c’est avant tout contribuer au respect de la dignité des détenus et au respect de leurs droits".


►►► Surpopulation carcérale : Plus de places en prison mais aussi plus de peines fermes


Pour autant, est-ce que les détenus se sont emparés de ce droit ? Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais peu de plaintes ont été adressées aux commissions de plaintes. C’est peut-être lié au covid, au manque d’information, à la peur de représailles. Toujours est-il que sur les trois derniers mois de 2020, un peu plus de 300 plaintes ont été envoyées. Une sur 5 a été déclarée fondée.

Il reste du chemin à parcourir. Chez certains directeurs ou directrices de prison, ce droit de plainte est mal vécu. Certains ont peur de voir leur autorité mise à mal. Mais quelle que soit la décision des commissions de plainte, celles-ci peuvent encore faire l’objet d’un appel.

Il est à souligner que tout ce travail effectué dans les commissions de plaintes est réalisé par des bénévoles qui donnent de leur temps pour que les détenus se sentent écoutés et respectés.

Sur le même sujet

"Les peines alternatives coûtent bien moins cher à l’état que la prison" explique Damien Vandermeersch, professeur de droit pénal à l’UCLouvain

Belgique

Réforme des soins psychologiques : des consultations plus accessibles depuis ce 1er janvier

Articles recommandés pour vous