RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus en Espagne : mis en place après une première vague, le port du masque chez les enfants est plutôt bien perçu

07 déc. 2021 à 07:00Temps de lecture2 min
Par Henry de Laguérie

Les écoliers espagnols sont tellement habitués à porter le masque qu’ils oublient souvent de le retirer quand ils sortent de l’école. Depuis septembre 2020, tous les enfants de plus de 6 ans doivent le porter en classe comme dans la cour de récréation, et même pendant les cours d’éducation physique dans certaines régions. "Ça va, c’est un peu embêtant mais on s’y fait", explique Chloé 7 ans. La fillette née à Barcelone s’est fabriqué un collier de perles en couleur pour rendre son masque un peu plus joli. Quand on insiste, elle reconnait "que c’est un peu embêtant". Mais en général, les enfants acceptent le masque sans difficulté : c’est devenu un objet assez naturel pour eux en classe.

La mesure n’avait fait l’objet d’aucune polémique ni opposition

Mis en place après une première vague qui a traumatisé toute l’Espagne, la mesure n’a fait l’objet d’aucune polémique ni opposition il y a un peu plus d’un an. "Nous sommes assez resignés. On était déjà très content que l’école rouvre l’année dernière. Le masque n’était pas un prix à payer si élevé", témoigne Paloma, mère de famille à Barcelone.


►►► À lire aussi : Le variant Omicron du coronavirus : ce que l’on sait déjà (et ce que l’on ignore encore)


Si le masque en classe faisait l’unanimité au départ, il a souvent été remis en cause à chaque fois que la situation s'améliore. "Je ne me suis jamais vraiment plaint", explique Minaia Llorca, la mère de Chloé.

"Mais j’ai toujours trouvé que c’était un peu excessif : ça coupe la communication entre les élèves et les professeurs et je crois que ça rend beaucoup plus difficile l’apprentissage. Je voulais vraiment qu’ils le retirent en septembre dernier alors que tout le monde ou presque était vacciné". Mais depuis, les chiffres de l’épidémie se sont de nouveau détériorés. Si la nouvelle vague en Espagne est beaucoup moins forte que dans le nord de l’Europe, elle touche en particulier les enfants.

"Un mal pour un bien"

"Aujourd’hui, alors que le virus circule à nouveau, je dois dire que c’est un mal pour un bien. Ça ne me plait pas mais on n’a pas le choix", ajoute la mère de famille. "C'est un geste barrière qui permet de contenir l'épidémie. Même si c'est un peu dur pour les enfants, je crois que c'est quand même efficace de temps en temps en classe".


►►► À lire aussi : Le masque à l’école diminue-t-il réellement la transmission : que disent les études sur le sujet ?


Aucune étude n’a été réalisée en Espagne sur l’efficacité de la mesure mais l’année dernière en tout cas, les enfants n’ont jamais été privés d’école. "C’est difficile d’imposer le masque aux enfants mais il faut bien reconnaître que ça a fonctionné l’année dernière", constate Maria Marques, directrice d’une école dans le quartier du Poblenou à Barcelone. "On a réussi à maintenir les écoles ouvertes alors qu’en Allemagne ou ailleurs, les enfants n’ont pas eu cette chance".

Malgré tout, le masque n’empêche pas le virus de circuler parmi les plus jeunes, et plus particulièrement en ce mois de décembre. Dans l’école que dirige Maria Marquès, la moitié des classes ont dû fermer depuis la rentrée. Si au mois d’octobre les autorités espagnoles ont été sur le point de retirer le masque dans les classes, aujourd’hui le scénario est inenvisageable à cause de la sixième vague qui s’abat sur le pays. D’ici la mi-décembre, la vaccination pour les 6 – 12 ans devrait commencer et à l’instar de la campagne pour les adultes, elle devrait susciter une forte adhésion au sein de la population. 

Belgique: port du masque des enfants (JT 06/12/2021)

Sur le même sujet

16 janv. 2022 à 14:20
Temps de lecture9 min
07 déc. 2021 à 14:16
Temps de lecture1 min

Articles recommandés pour vous