Coronavirus en Belgique : les violations des règles sanitaires, une priorité pour la police

Les forces de police sont chargées de détecter les violations de ces mesures "en priorité et activement".
11 oct. 2020 à 15:26 - mise à jour 11 oct. 2020 à 15:26Temps de lecture2 min
Par Belga

Dans le cadre de l’application des mesures contre le coronavirus, les services de police doivent donner la priorité aux infractions sur les rassemblements de plus de 4 personnes, les heures de fermeture dans l’horeca et le port du masque obligatoire dans les transports en commun, selon une nouvelle circulaire du Collège des procureurs généraux, rédigée ce vendredi.

La police ne va pas rechercher en priorité les personnes qui ne portent pas de masque dans d’autres endroits où cela est obligatoire, comme dans les magasins, les cinémas et les bibliothèques.


►►► Lire aussi : coronavirus en Belgique : le récapitulatif de toutes les mesures actuellement en vigueur chez nous contre le Covid-19


Une nouvelle série de mesures contre le coronavirus est d’application depuis vendredi. L’arrêté-ministériel publié dans le Moniteur belge confirme que les cafés doivent fermer à 23h00 et les restaurants à 1h00. Il prévoit aussi l’interdiction de rassemblement à plus de quatre personnes et l’usage obligatoire du masque dans les transports en commun et dès que l’usager entre dans une gare sur un quai ou arrive à un arrêt de bus. Ces mesures s’appliqueront dans un premier temps jusqu’au 8 novembre.

Jusqu’à 250 euros d’amende

Les forces de police sont chargées de détecter les violations de ces mesures "en priorité et activement".

Quiconque commet une infraction recevra un procès-verbal. S’il s’agit d’une première infraction, un règlement à l’amiable de 750 euros sera proposé à un commerçant, exploitant d’un établissement Horeca ou organisateur d’une activité. Tous les autres contrevenants écoperont d’une amende de 250 euros.


►►► Lire aussi : indicateurs toujours en hausse, près de 8000 cas en 24 heures, la progression de la Covid-19 continue en Belgique


S’il n’y a pas confusion quant à l’infraction, la police est censée procéder à un règlement amiable immédiat, qui peut être payé avec un terminal mobile, une application de paiement sur le smartphone ou la remise d’un formulaire de virement bancaire. Il s’agit d’infractions que la police doit rechercher en priorité. En cas de récidive, une convocation suivra.

Par ailleurs, la circulaire précise aussi que quiconque proclame dans l’espace public être porteuse du coronavirus risque une peine de prison de trois mois à deux ans et d’une amende de 50 à 300 euros. Ces mêmes peines s’applique à de personnes qui crachent sur les autres ou éternuent/toussent dans leur environnement immédiat pour faire croire qu’elles sont contaminées.

Premières audiences des infractions Covid dans notre JT du 6 juillet 2020:

Premières audiences des infractions Covid

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le "check" pourrait devenir le compromis pour se saluer dans le futur en limitant la propagation des virus

Articles recommandés pour vous