Coronavirus en Belgique : la demande des prêtres pour pouvoir célébrer la messe de Noël est rejetée par le Conseil d'Etat

Koekelberg : le prêtre voudrait célébrer le messe normalement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

22 déc. 2020 à 14:39 - mise à jour 22 déc. 2020 à 16:22Temps de lecture2 min
Par RTBF

Des fêtes de Noël sans messe de minuit à cause du couvre-feu. Sans messe tout court à certains endroits, car les églises ne peuvent pas accueillir plus de 15 personnes en ce moment. Pour dénoncer ces restrictions, plusieurs prêtres se sont d’ailleurs tournés vers le Conseil d’Etat.

Ce mardi après-midi, le Conseil d’Etat a rejeté le recours introduit. L’instance n’a "pas retenu les arguments de ces prêtes qui s’efforçaient de sauver Noël", selon le porte-parole de l’Eglise catholique de Belgique, Tommy Scholtes.

Exemple à la Basilique de Koekelberg. Cet édifice religieux possède un espace de pratiquement 10.000 m². Les soirs de Noël, on y accueille jusqu’à 2000 personnes, voire plus.

À deux jours de la traditionnelle messe de minuit, savoir que l’on ne peut recevoir que 15 personnes dans ce lieu, c’est trop peu. C’est ce que pensent Marc Leroy, prêtre de la Basilique de Koekelberg et sept autres prêtres de paroisses bruxelloises et flamandes qui ont introduit un recours au Conseil d’Etat. Ils espèrent faire lever la limitation actuelle dans les églises afin de célébrer des messes avec plus de fidèles et surtout, disent-ils, que l’on tienne compte de la capacité d’accueil des différentes églises. Tout cela, évidemment, en respectant les mesures sanitaires telles que la distanciation sociale, le port du masque et une ventilation du bâtiment.


A lire aussi : Messes enregistrées, heures d’ouverture pour la prière personnelle : les églises s’adaptent au coronavirus


Ces fêtes de fin d’année sont pour beaucoup de personnes synonymes de solitude. Cette année, encore plus en raison du contexte sanitaire. Marc Leroy : "Ça va être triste, parce que finalement Noël rassemble des gens aussi… Ce n’est pas simplement que des chrétiens convaincus qui viennent à la messe de Noël. Ce sont des gens qui savent que Noël, quelque part, c’est un message de paix. C’est ça qui habite le cœur des gens. Noël c’est : et si enfin on déposait les armes, si enfin on osait croire que la paix peut être donnée. Qu’on peut être porteur de paix. C’est ça que les gens viennent chercher. Et je me dis, c’est triste qu’on ne puisse pas le crier et que cette espérance qui parfois allume une flamme chez l’un ou l’autre, eh bien on ne peut pas la vivre. C’est ça qui fait mal".

Suite à cette décision défavorable, le prêtre de la Basilique de Koekelberg devra se limiter à retransmettre la messe via une plateforme de vidéo en ligne. Ou autre solution pour ces religieux, organiser plusieurs messes successives le 24 décembre, à clôturer avant le couvre-feu, 22 heures à Bruxelles, minuit dans le reste du pays

Articles recommandés pour vous