RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus en Belgique : "Il n’y a pas de leadership clair dans le déconfinement", déplore Jean-Luc Gala

Jean-Luc Gala invité du JT

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le déconfinement approche, un soulagement pour une grande partie des Belges. Mais le personnel hospitalier, lui, tire la sonnette d’alarme : il estime que la communication n’est pas assez claire sur la protection des infirmiers et des médecins, sujets à une forte pression et aux risques d’un choc post-traumatique, après autant de décès recensés. "On sent un épuisement psychologique, moral et humain, affirmait ce vendredi soir Jean-Luc, médecin et membre de l’Institut Albert-II, sur le plateau du JT de la Une. Nous sommes au front depuis longtemps, mais nous avons l’impression que ce déconfinement se profile sans mesures pour protéger ce personnel médical."


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : les médecins reçoivent de plus en plus de pression des familles


Pas question pour autant de remettre en question le déconfinement, note le médecin, mais un besoin de clarté, notamment sur le port du masque : "il doit devenir obligatoire dans les commerces […] partout dans l’espace public, parce que les autres piliers (traitement, vaccin) ne sont pas là !", rappelle-t-il. Quant au tracing, il estime qu’il faut dès maintenant savoir comment il va se faire, car le déconfinement commence ce mardi et que "l’expansion se fait très rapidement".

Ce n’est pas notre rôle de répondre à l’ensemble des questions que se posent les citoyens !

Beaucoup de médecins craignent un rebond de l’épidémie, qui serait dû à un retard des mesures prises. "Le système ne tiendra pas un rebond massif", prévient Jean-Luc Gala. Face à ce constat, il estime que "le silence est assourdissant" de la part des autorités. Et notamment dans la communication au grand public : "on est assaillis de questions personnelles, remarque-t-il. Ce n’est pas notre rôle de répondre à l’ensemble des questions que se posent les citoyens !"

Le médecin réclame donc que les mesures soient dirigées de manière directe et assumée. "Il n’y a pas de leadership clair dans ce déconfinement, regrette-t-il. Il faudrait qu’il y ait un capitaine dans le bateau." A bon entendeur…