RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus en Belgique : "Il faut vacciner 7 jours sur 7", Catherine Fonck appelle fermement à une accélération du processus

La députée fédérale Catherine Fonck était l'invitée de Matin Première ce mercredi 3 mars
03 mars 2021 à 08:31 - mise à jour 03 mars 2021 à 08:31Temps de lecture3 min
Par K.D. et la Première

Mettre les bouchées doubles. Catherine Fonck, députée fédérale cdH et médecin, était l’invitée de Matin Première ce mercredi. Et elle n’a pas mâché ses mots pour enjoindre les autorités à accélérer le processus de vaccination. Selon elle, à l’heure actuelle, "ça patine".

Après une efficace campagne de vaccination dans les maisons de repos (la "partie la plus facile"), l’heure est à présent à une trop grande prudence. "Maintenant on passe dans une toute autre dimension, qui a été anticipée de manière extrêmement tardive, ça c’est clair."

Et la députée de déplorer : "On a trop de ratés, trop de lenteurs. Ces images de centres de vaccination vides alors que vous avez des personnes qui piaffent d’impatience (à raison) pour être vaccinées…" Et de poursuivre : "avec des convocations de personnes déjà vaccinées, décédées… Et vous vous retrouvez en fin de journée avec des doses qui restent là". Selon l’humaniste, des doses non utilisées, on en chiffrait hier 550.000 ("alors qu’on en a injecté 800.000").

Selon elle, c’est à présent une "urgence vitale" de vacciner les personnes plus fragiles. "C’est comme cela qu’on va éviter une troisième vague, c’est comme cela qu’on va sauver des vies, c’est comme ça qu’on va retrouver nos libertés" a-t-elle martelé.

"Urgence vitale"

Mais comment procéder efficacement ? Pour la médecin, c’est simple. Il faut tout d’abord partir du concept du "une dose livrée, une dose vaccinée". Les vitesses de vaccinations quotidiennes sont plus rapides dans les autres pays (européens). "Il y a une prudence, mais une prudence qui n’est pas compréhensible. La Belgique fait aujourd’hui comme si demain on n’allait plus recevoir de doses… Franchement, faire les choses de façon plus rapide et plus efficace, c’est possible".

La députée plaide également pour une vaccination 7 jours sur 7. Faire des séances de rattrapage "pour rattraper le retard pris la semaine dernière". Et commencer dès à présent la vaccination des plus de 65 ans et des personnes fragiles en dehors des maisons de repos.


A lire aussi : Dr Thomas Orban, médecin généraliste : "Les vaccins sont bons, maintenant il faut mettre le turbo pour la vaccination !"


"Basculer le système"

Autre proposition, "basculer le système à l’envers". C’est-à-dire procéder à des convocations selon l’âge, et selon ce seul critère. Car "des personnes risquent de passer à travers les mailles du filet, à ne pas être convoquées". Les personnes susceptibles de pouvoir être vaccinées devraient alors s’inscrire pour se faire vacciner, comme le plaide le ministre de la Santé bruxellois Alain Marron (Ecolo) ce matin.


A lire aussi : Revue de presse : "Seulement 5% des citoyens sont vaccinés"


 

Crise sanitaire : "Il faut vacciner 7 jours sur 7", Catherine Fonck appelle à une accélération du processus

Les généralistes en ordre de bataille

Pour la députée fédérale, s’appuyer uniquement sur les centres de vaccination n’est pas non plus opportun. Il faut aussi faire confiance aux médecins généralistes. "Ils connaissent bien leurs patients. Il y a une capacité d’adhésion, de confiance plus grande. Les généralistes vaccinent environ 2,5 millions de personnes chaque année contre la grippe. Misons sur cette 'armée sanitaire'!", souhaite Catherine Fonck au micro de Thomas Gadisseux et de François Heureux. Les praticiens pourraient vacciner avec les produits des laboratoires AstraZeneca et Johnson&Johnson (c’est plus compliqué pour Pfizer et Moderna en raison de la température extrême demandée pour stocker les vaccins).

Et ne plus hésiter maintenant à utiliser le vaccin astraZeneca – sans limite d’âge-. Pour elle, les études scientifiques, et les données collectées sur les plus de 100 millions de personnes vaccinées à travers le monde poussent à la confiance envers ce vaccin et le fait de se faire vacciner. "Je passe mes nuits à lire la littérature (médicale, ndlr). J’entends aussi les docteurs Clumeck et Coppieters qui plaident depuis des semaines à changer de stratégie de vaccination. L’efficacité est similaire entre Pfizer et astraZeneca. Si on vous appelle, quelle que soit 'la marque' du vaccin, allez-y. Entre la maladie et la marque du vaccin, il n’y a pas photo".

Si on vous appelle, quelle que soit la marque du vaccin, allez-y !


A lire aussi : Vaccination : la Commission européenne proposera ce mois-ci un passeport Covid digital


Autotests

L’appel de Catherine Fonck à une stratégie vaccinale plus efficace se joue aussi selon elle sur les tests. "Il faut utiliser nos armes à 100%. Vaccins et tests. Un testing massif, et même des autotests. C’est comme ça qu’on va gagner contre le virus. On a des armes à disposition. Utilisons-les", plaide-t-elle.

On a des armes à disposition. Utilisons-les


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus