RTBFPasser au contenu
Rechercher

Mobilinfo

Contacts : nouveautés pour les trottinettes et engins de la même famille

13 sept. 2022 à 13:48Temps de lecture3 min
Par Commissaire Olivier Quisquater

Notre panel de la route de 10 septembre était confronté à des situations mettant en scène des trottinettes électriques. C’est l’occasion de revenir sur les modifications apportées dans la loi en juillet dernier concernant les engins de déplacement, cette catégorie qui englobe les trottinettes, mais aussi les rollers, les planches à roulettes, les gyroroues, etc., bref, tous ces petits engins qui ne sont pas des vélos, des cyclomoteurs, des automobiles ou des motos.

Le premier changement important concerne l’ensemble des engins de déplacements, qu’ils soient motorisés ou non. Il est précisé maintenant clairement qu’on ne peut plus transporter de passagers, à moins d’avoir un engin de déplacement qui a été conçu à la base pour transporter plusieurs personnes, ce qui est rarement le cas. Les trottinettes, notamment, ne sont pas prévues pour transporter plusieurs passagers. Si vous aviez acheté votre trottinette pour conduire un enfant à l’école, par exemple, il faudra trouver un autre moyen.

Mais ce n’est pas le seul changement. On fait notamment des distinctions supplémentaires entre les engins motorisés et non motorisés !

Ainsi, tous les utilisateurs d’engins de déplacement motorisés sont désormais assimilés à des cyclistes. Ça veut donc notamment dire que plus aucune trottinette électrique ou autres gyroroues ne peuvent circuler sur un trottoir en agglomération. Elles doivent donc être employées uniquement sur les pistes cyclables ou à défaut sur la chaussée. A l’inverse, pour les engins non motorisés, ça dépend toujours de la vitesse pratiquée. L’utilisateur est assimilé à un cycliste quand il roule plus vite qu’à l’allure du pas, et à un piéton quand il roule au plus vite à l’allure du pas. On peut donc toujours trouver un utilisateur de rollers ou d’une trottinette non motorisée sur un trottoir, mais à l’allure du pas !

© Tous droits réservés

Un âge minimum pour l’utilisateur

Il y a une autre mesure importante qui vise les engins motorisés, à savoir un âge minimum de 16 ans pour les utiliser sur la voie publique. Comme ce sont des engins qui par la construction peuvent circuler jusqu’à 25km/h, on applique donc la même règle que pour les cyclomoteurs classe A, eux-mêmes limités à 25 km/h. Mais comme ces engins ont aussi un caractère ludique, un jeune de moins de 16 ans pourra tout de même en utiliser un sur un chemin réservé comme le Ravel, dans une zone résidentielle ou de rencontre (annoncée par le signal F12a), dans une rue réservée au jeu ou enfin dans une zone piétonne, du moins si le panneau d’entrée de zone piétonne autorise les vélos ou les engins de déplacement à y circuler. Attention dans ce cas au respect des limitations de vitesse spécifiques, c’est-à-dire 20 km/h en zone résidentielle et de rencontre, et l’allure du pas dans une zone piétonne.

De nouvelles modifications relatives à l’équipe et au stationnement

Il y a encore d’autres modifications qui touchent notamment à l’équipement et au stationnement et qui visent en gros à rapprocher les engins de déplacement des vélos à ces deux points de vue. Ainsi, les engins de déplacement motorisés avec guidon doivent avoir un avertisseur sonore audible à au moins 20m, ainsi qu’un catadioptre blanc vers l’avant et rouge vers l’arrière. Tous les engins motorisés doivent en outre disposer d’un dispositif de freinage efficace, ainsi que d’une signalisation latérale constituée :

  • Soit d’une bande réfléchissante de couleur blanche de chaque côté des repose-pieds ;
  • Soit d’une bande réfléchissante de couleur blanche en forme de cercle continu de chaque côté du pneu de la roue avant et de la roue arrière ;
  • Soit de la combinaison des deux types précédents.

Concernant le stationnement, il est précisé que les engins de déplacement en général doivent être rangés comme les vélos en dehors de la chaussée et des zones de stationnement tracées en bord de chaussée visées à l’article 75.2 de telle manière qu’ils ne gênent pas ou ne rendent pas dangereuse la circulation des autres usagers, sauf aux endroits signalés conformément aux articles 70.2.1, 3°, f et 77.5, alinéa 2. Pour cela, un logo de trottinette a par ailleurs été ajouté au Code de la route, logo qui va permettre aux gestionnaires de voirie de mieux gérer la problématique du stationnement des engins de déplacement, principalement le stationnement des trottinettes de location, parfois très envahissantes.

Terminons en disant qu’il existe diverses exceptions pour les engins de déplacements prévus pour les personnes à mobilité réduite, par exemple, pour l’âge minimal d’utilisation ou pour le stationnement.

© Tous droits réservés

Sur le même sujet

Contacts : vis ma vie de moniteur d’auto-école

Mobilinfo

Contacts : chemins et sentiers, quelles sont les règles ?

Mobilinfo

Articles recommandés pour vous