RTBFPasser au contenu

Conflit israélo-palestinien : des milliers de Palestiniens fuient la bande de Gaza et ses violences

Conflit israélo-palestinien : des milliers de Palestiniens fuient la bande de Gaza et ses violences

Quelque 42.000 Palestiniens ont fui leurs maisons dans la bande de Gaza en raison des frappes aériennes israéliennes en cours, selon l’UNRWA, l’organisation des Nations Unies qui aide les réfugiés palestiniens. Cette dernière a ouvert une cinquantaine d’écoles pour accueillir les réfugiés.

En riposte aux milliers de roquettes lancées sur Israël depuis la bande de Gaza la semaine dernière, l’État hébreu mène des frappes aériennes à grande échelle dans la zone densément peuplée de la côte. Il y a ainsi eu des dizaines de bombardements dans la nuit de dimanche à lundi.

Les Nations unies avancent le nombre d’environ 2500 personnes devenues sans-abri après que leurs maisons ont été détruites. Le directeur de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a indiqué dimanche sur Twitter qu’il était découragé par la situation à Gaza, soulignant que les habitants étaient déjà exposés au Covid-19 et à la famine avant les bombardements.

Plus de 200 personnes décédées

Ce regain de violence a déjà coûté la vie à plus de 200 personnes. Les autorités de la bande de Gaza parlent de 197 morts, dont 58 enfants. Dix décès ont été signalés en Israël. De nombreuses personnes ont également été blessées des deux côtés de la frontière.

À l’origine des violences se trouve la menace d’expulsion forcée de familles palestiniennes au profit de colons israéliens dans le quartier palestinien de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est, un secteur de la Ville sainte occupé par Israël depuis plus de 50 ans.


A lire aussi : Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël : "Nous exerçons notre droit de défense et nous continuerons à le faire"


Des heurts ont ensuite éclaté entre manifestants palestiniens et la police israélienne, faisant plus de 700 blessés parmi les Palestiniens. Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a alors tiré un barrage de roquettes sur Israël en "solidarité" avec les manifestants.

Depuis lors, Israël pilonne Gaza, cette enclave pauvre de deux millions d’habitants sous blocus israélien depuis près de 15 ans. L’Égypte a ouvert samedi sa frontière avec Gaza pour évacuer et soigner des blessés gazaouis.

Aide d'urgence aux Gazaouis de la part du PAM

 Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé lundi une aide d'urgence à plus de 51.000 personnes à Gaza, en réponse aux besoins humanitaires croissants des familles touchées par la flambée de violence entre Israël et le territoire palestinien.

En collaboration avec ses partenaires, le PAM a commencé à apporter une aide en espèces permettant l'achat de nourriture aux populations du nord de Gaza, précise dans un communiqué l'agence onusienne dont le siège est à Rome.

"Pour les personnes qui ont perdu ou fui leur maison, l'un des besoins les plus pressants en ce moment est la nourriture. Le moyen le plus rapide et le plus efficace de leur venir en aide est de leur fournir de l'argent, sous forme de bons d'achat électroniques. La nourriture est disponible pour le moment et de nombreux magasins locaux sont encore ouverts", a déclaré Samer AbdelJaber, représentant du PAM et directeur national en Palestine, cité par le communiqué.

Les habitants de Gaza vivent déjà au bord du gouffre

 Cependant, la fermeture des points de passage vers Gaza pourrait bientôt provoquer une pénurie de produits de base, y compris de nourriture, et faire grimper les prix des denrées alimentaires.  "Les habitants de Gaza vivent déjà au bord du gouffre et de nombreuses familles luttent pour mettre de la nourriture sur la table. Leur situation s'est encore détériorée au cours de l'année écoulée en raison des restrictions liées à la pandémie de Covid-19", a déclaré pour sa part Corinne Fleischer, directrice régionale du PAM pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.  "La majorité de la population ne peut pas résister à de nouveaux chocs", a-t-elle ajouté.

 A Gaza, le PAM soutient régulièrement environ 260.000 personnes par le biais de transferts monétaires ou d'une aide en espèces pour l'alimentation, de rations alimentaires directes et de projets de soutien aux moyens de subsistance.

 Plus des deux tiers des deux millions d'habitants de Gaza souffraient déjà d'insécurité alimentaire avant l'escalade actuelle du conflit.  Plus de la moitié de la population de Gaza, 53%, vit dans la pauvreté et le chômage atteint 45%.

 Le PAM dit avoir besoin de 31,8 millions de dollars pour venir en aide à 435.000 personnes vulnérables à Gaza et en Cisjordanie pendant six mois, et 14 millions de dollars pour l'aide d'urgence destinée à 160.000 personnes à Gaza et 60.000 autres en Cisjordanie au cours des trois prochains mois.

Gaza : Israël accuse le Hamas d avoir prémédité le conflit

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous