RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

Conflit en Ukraine : un sommet européen convoqué jeudi soir à Bruxelles, les sanctions adoptées

23 févr. 2022 à 15:42 - mise à jour 23 févr. 2022 à 20:00Temps de lecture2 min
Par Alain Dremiere avec agences

Le président du Conseil européen Charles Michel a annoncé mercredi avoir convoqué un Conseil spécial consacré à la situation en Ukraine. Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 se réuniront jeudi soir à partir de 20h à Bruxelles.

Dans sa lettre d'invitation aux dirigeants des Etats membres, le Belge rappelle que "l'usage de la force et de la coercition pour changer des frontières n'a pas sa place au 21e siècle". "Les actions agressives de la Russie violent le droit international et l'intégrité territoire et la souveraineté de l'Ukraine", ajoute-t-il.

La réunion, en personne, servira à échanger au sujet du soutien que l'UE peut apporter à l'Ukraine, et à discuter de "comment tenir la Russie pour responsable de ses actes", développe la brève lettre d'invitation. 

Mardi, les ministres des Affaires étrangères des États membres de l'UE se sont déjà accordés sur un paquet de sanctions individuelles, économiques et financières contre la Russie et les territoires séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine. Cette décision a suivi l'annonce par le président russe Vladimir Poutine de la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, et de l'envoi sur place de troupes pour "maintenir la paix".

Sanctions adoptées

L'adoption des sanctions a formellement eu lieu mercredi au niveau du Conseil (Etats membres). 

Comme annoncé mardi, les mesures restrictives habituelles (gel des avoirs dans l'UE, interdiction d'y entrer, interdiction de financement depuis l'UE) sont étendues aux 351 députés de la Douma (sur 450), la chambre basse du parlement russe, qui ont voté à la mi-février pour appeler le président russe à reconnaitre l'indépendance de Donetsk et Lougansk.

Les mesures restrictives sont adoptées aussi pour 27 autres personnes et entités qui ont, selon l'UE, joué un rôle déterminant dans les évènements des derniers jours. En font partie "des décideurs comme des membres du gouvernement, qui étaient impliqués dans les décisions illégales; des banques et oligarques ou hommes d'affaires soutenant (...) les opérations russes à Donetsk et Lougansk ou en bénéficiant; des officiers supérieurs de l'armée qui ont joué un rôle dans les actions d'invasion et de déstabilisation; et des individus responsables d'une guerre de désinformation contre l'Ukraine", annonce le Conseil de l'UE. Vladimir Poutine lui-même n'en fait pas partie. 

Sur le plan financier, le Conseil a introduit une interdiction de financer la Russie, son gouvernement et sa banque centrale.

De nouvelles mesures concernent aussi spécifiquement les régions séparatistes de Donetsk et Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, avec une interdiction d'importation depuis ces territoires et des restrictions du commerce et des investissements.

Les mesures doivent être publiées dans le détail dans le Journal officiel de l'UE, mais cela n'avait pas encore eu lieu mercredi en fin d'après-midi. 

Comme l'a encore souligné la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès mercredi, il s'agit d'une première salve de sanctions, qui pourrait être suivie de sanctions plus marquées, selon un principe de "gradation" de la réponse.

Sur le même sujet

Sommet européen : la situation actuelle "va au-delà d’un simple conflit entre deux pays membres des Nations Unies"

Guerre en Ukraine

Invasion de l'Ukraine : Bruxelles suspend à son tour les licences d'exportation de biens et technologie à double usage vers la Russie

Belgique

Articles recommandés pour vous