RTBFPasser au contenu

Politique

Conseil national de sécurité : la Belgique n'enverra pas de matériel d'armement en Ukraine

La ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmes, le Premier ministre Alexander De Croo et la ministre de la Défense Ludivine Dedonder photographiés lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion du conseil de sécurité, à Bruxelles, le mercredi
23 févr. 2022 à 13:43 - mise à jour 23 févr. 2022 à 19:373 min
Par Cynthia Deschamps avec Belga

La Belgique n'enverra pas de matériel d'armement en Ukraine. Elle répond par contre favorablement à la demande ukrainienne d'envoi d'équipement de protection militaire, notamment du matériel d'orientation et d'observation, comme des jumelles par exemple.

C'est ce qui ressort du Conseil national de sécurité (CNS) consacré à la situation en Ukraine, convoqué ce mercredi à 14h par le Premier ministre, Alexander De Croo.

"Il y a eu une demande très large, qui ne concernait pas seulement la Belgique. L'analyse a été faite pour voir quel matériel pouvait être livré et utilisé rapidement, et de quel matériel nous n'aurions pas besoin. Nous devons être sûrs que notre capacité de défense sera garantie au sein de l'OTAN", a expliqué Alexander De Croo.

Du matériel civil sera envoyé via B-Fast (tentes, kits d'hygiène, couvertures, etc.).

"L’Hôpital Militaire Reine Astrid se tient prêt à éventuellement accueillir des soldats ukrainiens blessés", a déclaré la Ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, "notamment des grands brûlés". L'Hôpital pourra également servir de "dispatching" vers des hôpitaux civils. "Nous donnerons aussi du matériel médical", a ajouté la Ministre.

Ambassade belge à Kiev

La Ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès a, de son côté, affirmé qu'aucun transfert de l'ambassade belge située en Ukraine n'est prévu à ce stade. Trois diplomates s'y trouvent, renforcés par deux agents des Affaires étrangères "afin de se préparer à la crise". 

"On garde une ambassade parce que c'est une nécessité pour porter au mieux l'assistance aux Belges et parce que c’est un symbole de soutien auprès des Ukrainiens, fort et apprécié", a-t-elle dit.

Actuellement, 233 Belges et leur famille se trouvent en Ukraine, et 50 d'entre eux ont fait savoir qu'ils allaient quitter le pays. Vingt Luxembourgeois sont également sous la responsabilité de la Belgique. 

La cheffe de la diplomatie a rappelé les avis de voyage négatifs concernant l'Ukraine et la recommandation faite aux Belges qui seraient sur place de quitter le pays. Deux liaisons aériennes sont encore assurées par semaine entre Charleroi et la capitale ukrainienne. "Mais cela peut changer rapidement", a-t-elle souligné. "Ce sont des avis qui doivent être pris au sérieux. Une évacuation de l'Ukraine n'est pas garantie".

"Agression russe"

Durant la conférence de presse à 18h30, Alexander De Croo a souligné que la présence de 190.000 hommes aux frontières de la Russie et de l'Ukraine représente "une agression russe" envers l'Ukraine. La Ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, a continué en disant que, au vu de l'artillerie lourde présente sur le terrain, ces troupes sont bien prêtes au combat, malgré les démentis de la Russie.

Aux déclarations de Vladimir Poutine accusant l'Alliance d'avoir déjà subi cinq vagues d'expansion vers l'Est, le Premier ministre belge a répondu que l'organisation s'est en effet peu à peu étendue. "Mais c'était à la demande de pays souverains qui voulaient bénéficier de la défense mutuelle. L'OTAN n'a jamais été une menace pour la RussieC'est un mécanisme de défense."

La Belgique s'inscrit pleinement dans le cadre des sanctions européennes décidées mardi et, sur le plan militaire, est placée en état d'alerte avancé avec des délais de réaction réduits. "Notre soutien à l'OTAN est inconditionnel", a assuré Alexander De Croo. 

Actuellement, des F-16 belges se trouvent en Estonie afin d'assurer la police aérienne des pays baltes dans le cadre de l'OTAN. Plusieurs centaines d'hommes peuvent être mobilisés dans un délai très court, de même que d'autres moyens terrestres, navals et aériens, a indiqué Ludivine Dedonder sans donner de précision sur ces moyens.

"Nous nous tenons prêts à défendre l’Ukraine", a-t-elle conclu.

Sur le même sujet

24 févr. 2022 à 20:40
4 min
24 févr. 2022 à 15:28
8 min

Articles recommandés pour vous