RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Confinement : difficile respect des règles dans les bus des TEC

Seulement 5 personnes par  bus  simple, une mesure difficile à appliquer
02 avr. 2020 à 05:00Temps de lecture2 min
Par Françoise Dubois

Malgré le confinement, les transports en commun, les bus notamment, roulent toujours mais avec des précautions particulières.

Le nombre de voyageurs par bus est limité à 5, par exemple, dans un bus simple et une distance de sécurité entre passagers doit aussi être respectée.

Un règlement clair, encore faut-il qu’il puisse être appliqué.

Laissée sur le trottoir

Florence habite à 13 kilomètres de Liège. Cette secrétaire d’un bureau d’avocat doit assurer une permanence au cabinet de son employeur à Liège. Chaque jour, elle commence à 7h30 et achève son travail à 15h30. Pour aller au boulot, elle dispose de deux lignes de bus : la 64 et la 65.

"On est souvent chargé quand je le prends le matin mais c’est au retour que c’est problématique parce que les autobus chargent des personnes qui se promènent, qui prennent le bus pour 1 ou 2 arrêts, c’est inadmissible. Moi, j’ai une attestation de mon employeur, j’aimerais que la police puisse agir. Et il faut que les "urbains" prennent les lignes du centre-ville, il y en a suffisamment, et laissent les places de bus de périphérie pour ceux qui retournent plus loin".

Plusieurs fois, Florence a vu le bus s’en aller sans elle. Dans ce cas, elle doit attendre 20 minutes voir plus.

Chauffeur insulté

Christian (prénom d’emprunt) est chauffeur de bus. Il ne dit pas autre chose : "c’est vrai qu’on ne peut pas mettre un policier dans chaque bus mais il y a des endroits stratégiques, ce sont les grandes places comme St Lambert, Opéra, les Guillemins, la gare routière de Jemeppe. Là, il ne faudrait pas énormément de moyens pour contrôler les nombreuses personnes aux arrêts et priorité aux personnes qui travaillent, et aux personnes âgées qui doivent aller faire des courses. Quand je fais remonter cela, on me dit que la priorité c’est de me protéger mais moi je voudrais qu’on fasse appliquer la règle surtout".

Du côté des TEC, on est conscient du problème mais un contrôleur ou un chauffeur ne peut pas faire descendre d’un bus une personne en règle de billet. Seule la police a ce pouvoir. Quant à contrôler les attestations de déplacement, ce n’est pas imaginable non plus puisque le gouvernement n’a pas durci les règles et n’impose pas ces attestations. Les TEC en appellent au civisme de chacun.

Quant à Christian, il a sa méthode : "quand 5 passagers sont montés, je mets le déroulant Complet Covid 19 et s’il y a plus de personnes dans le bus malgré tout puisqu’on monte par l’arrière, je préviens que je ne démarre pas tant qu’on est en surnombre mais ça provoque des remous entre les personnes. Et si je passe un arrêt parce que je suis complet, j’entends les injures, les noms d’oiseaux, les doigts d’honneur aussi…"

Journal télévisé du 16/03/2020

Articles recommandés pour vous