RTBFPasser au contenu

Conduire dans les tunnels, ça ne s'improvise pas !

21 janv. 2021 à 13:012 min
Par Vivre Ici Bruxelles

A Bruxelles on dispose d’un réseau assez important de tunnels, en tout 12,5 kilomètres. Les Bruxellois et navetteurs connaissent bien leurs noms : tunnel Belliard, Porte de Hal, Stéphanie, Loi, Botanique… Le tunnel Léopold II dans le nord de Bruxelles est le plus long et le plus fréquenté.

C’est important d’appliquer certaines règles de sécurité quand on roule dans les tunnels car les accidents qui s’y produisent peuvent avoir des conséquences particulièrement dangereuses.

Quelle vitesse ?

A Bruxelles, la vitesse dans les tunnels est quasi partout limitée à 50 km/h.

Vous devez adapter votre conduite et bien garder vos distances de sécurité. Activez vos feux de croisement pour être visibles.

Bruxelles Mobilité a équipé les tunnels afin que vous puissiez y capter votre signal radio et GPS. Peu de gens le savent mais en cas d’incident grave, les tunnels bruxellois sont équipés d’un système qui permet d’interrompre la transmission radio pour donner les messages de secours.

En cas de panne

Si vous tombez en panne, ne paniquez pas, garez votre véhicule en sécurité dans une zone refuge ou le plus à droite possible de la route et sortez votre triangle. Les sorties de secours sont équipées de téléphones qui sont en contact direct avec le centre de mobilité.
Près de ces téléphones vous trouvez des extincteurs de plus grande capacité que ceux de votre voiture et qui peuvent vous aider à maîtriser un début d’incendie.

Et pour les incendies ?

En cas d’incendie, quittez le tunnel à pied en suivant les signaux sorties de secours et laissez votre véhicule dans le tunnel avec votre clef sur le contact. Cela peut sembler bizarre mais c’est important pour que les services de secours puissent rapidement évacuer les voitures.

Cela arrive souvent d’avoir des voitures en panne dans un tunnel ?

Les pannes de voiture constituent la première cause de fermeture de tunnels à Bruxelles, bien avant les problèmes techniques, les entretiens ou les accidents de circulation. Cela a de gros impacts en termes d’embouteillage donc faites-en sorte d’éviter la panne sèche dans un tunnel !

Un autre souci qu’on rencontre souvent, ce sont les automobilistes qui s’aventurent dans un tunnel en période hivernale sans pneus convenable : les entrées et sorties sont en pentes et peuvent être un peu glissantes. On a souvent des voitures qui dérapent et se mettent en ciseau, bloquant ainsi toute la circulation. Donc évitez de vous déplacer, ou en tout cas de prendre les tunnels si vous n’avez pas de pneus hiver. 

Chaque jeudi, retrouvez Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité dans Vivre Ici Bruxelles vers 15h.

Sur le même sujet

25 mars 2021 à 15:24
2 min
18 mars 2021 à 14:33
2 min

Articles recommandés pour vous