RTBFPasser au contenu

"Uber a ses entrées au Parlement, les députés sont indignes": des taxis manifestent devant le Parlement bruxellois

UBER : Manifestation de taxis devant le parlement bruxellois - direct

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 nov. 2021 à 08:57 - mise à jour 30 nov. 2021 à 09:362 min
Par Julie Calleeuw avec Karim Fadoul, Corentin Laurent et Belga

Une vingtaine de taxis, et plusieurs dizaines de chauffeurs, manifestent ce mardi matin, sans bloquer la circulation, devant le Parlement bruxellois, rue du Lombard, à Bruxelles pour s’opposer à la proposition d’ordonnance temporaire prise en faveur des travailleurs liés à Uber.

"On a gagné: sept de souffrance, sept ans de combat, sept ans d'insomnies, explique Sam Bouchal, secrétaire général de la Fédération bruxelloise des taxis (BTF), devant les chauffeurs présents. Et cette victoire on veut nous la voler! Un certain nombre de députés veulent nous voler cette victoire en modifiant, en une semaine, un texte législatif que nous demandons de modifier depuis sept ans. Mais cette fois qui va la modifier ? C'est Uber, c'est Uber qui l'a écrite. C'est un délinquant numérique qui a toutes ses entrées ici. Des gens qui ont prêté serment, ils sont indignes: ils font de Uber un héros numérique".

Sam Bouchal, apostrophant Hicham Talhi député régional Ecolo

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement


►►► A lire aussi : Affaire Uber : "Nous remercions Taxis Verts d’avoir saisi la justice contre UberPop et UberX", témoigne la Fédération Belge des Taxis


"Sous prétexte de modernité, on accepte de ramener les conditions de travail à ce qu’elles étaient au début du 19e siècle. Si cette ubérisation est acceptée dans notre secteur, elle pourra plus facilement se propager à d’autres secteurs. On parle de bain de sang social, mais 40% des chauffeurs Uber font cette activité en complément d’un autre emploi", avait expliqué Sam Bouchal mardi à Belga.

Il avance que plusieurs centaines de contrats à durée déterminée sont disponibles à Bruxelles, mais qu’il faut revoir et ouvrir l’accès à la profession et à la formation.


►►► A lire aussi : Le gouvernement bruxellois se prend les pieds dans le taxi


 

Manifestation des taxis à Bruxelles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Quatre partis de la majorité au parlement bruxellois (Groen, DéFI, Open Vld et one.brussels-Vooruit) ont en effet déposé une proposition d’ordonnance qui doit offrir une solution temporaire aux chauffeurs Uber dans l’attente de l’approbation du plan taxi du gouvernement régional. Le PS, lui, refuse de soutenir un texte "dicté par Uber".

L’entreprise américaine avait décidé vendredi de fermer sa plateforme qui serait utilisée par quelque 2000 chauffeurs à Bruxelles, conséquence qu’elle tirait d’un arrêt de la cour d’appel rendu quelques jours auparavant.

Depuis, le gouvernement bruxellois a approuvé le plan taxi du ministre-président Rudi Vervoort (PS), mais ce texte doit encore passer plusieurs étapes, notamment devant le Conseil d’État, ce qui ne devrait pas permettre son entrée en vigueur avant l’été 2022, font valoir certains.

C’est pour répondre aux difficultés dans lesquelles sont plongés les chauffeurs et leurs familles que plusieurs partis de la majorité ont déposé cette proposition d’ordonnance qui modifie ou suspend certaines dispositions de la loi sur les taxis de 1995, afin que les chauffeurs Uber puissent encore travailler, dans l’attente de la nouvelle législation, a indiqué le chef de groupe Groen Arnaud Verstraete.

RTBF

Articles recommandés pour vous