Concours Reine Elisabeth

Concours Reine Elisabeth : une première soirée de finale qui tient toutes ses promesses

Queen Elisabeth Voices 2023 - Retour sur les prestations de la veille

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Par Céline Dekock via

Ce jeudi 1er juin avait lieu la première soirée de finale du Concours Reine Elisabeth 2023, consacré au chant. Quatre candidates et candidats se sont présentés sur la scène de Bozar, parmi lesquels plusieurs qui avaient marqué les esprits en demi-finale.

C’est une soirée qui s’annonçait très bien puisqu’elle nous proposait quatre candidates et candidats prometteurs, avec notamment la contralto américaine Jasmin White et la basse coréenne Inho Jeong, sans oublier la mezzo soprano française Floriane Hasler, qui avait vraiment fait partie des coups de cœur de Camille De Rijck et de ses consultantes. Sans compter la quatrième, Anna-Sophie Neher, qui ne les avait pas laissés totalement indifférents non plus.

Retrouvez en replay le premier jour de Finale du Concours Reine Elisabeth 2023

C’est précisément Jasmin White qui a commencé dans une prestation extrêmement intéressante avec un programme tournant autour de la Terre. La Terre dans son élément métaphorique de la terre comme lieu où l’on se rend et de la terre dans son élément un peu plus physique. La terre telle qu’elle est définie par exemple par Erda, la déesse de la terre dans l’or du Rhin de Richard Wagner, avec lequel la contralto a terminé son programme. Jasmin White a une voix très spectaculaire, avec des graves absolument caverneux, abyssaux qui remplissent la salle. Il y a un élément physique qui est très impressionnant. On l’a senti peut-être un tout petit peu fébrile dans son premier Mahler, extrait Des Knaben Wunderhorn, mais ensuite dans Rossini, et puis dans son air d’Erda, on a bien retenu son talent artistique, son visage d’artiste et puis une technique qui semble vraiment extrêmement assurée et sans problème.

Floriane Hasler, qu’on avait vraiment adorée aussi, qui est une soprano française notamment fanatique de plongée et d’œnologie, est venue sur un programme qui, si on le compare à celui de Jasmin White qui a présenté trois monolithes, ressemble plus à une mosaïque. Une mosaïque avec des plus petits airs, notamment des airs très virtuoses, un Mozart tonitruant, le célèbre air de Gluck "J’ai perdu mon Eurydice", extrait d’Orphée et Eurydice, un Haendel absolument hallucinant de virtuosité et enfin un air romantique de Massenet. Et puis elle termine par le Cruda sorte de Rossini, air dans lequel une certaine Marie-Nicole Lemieux avait, il y a une petite vingtaine d’années, triomphé dans ces mêmes lieux. Si la voix de Floriane Hasler est certes moins impressionnante, moins caverneuse, moins sombre que celle de Jasmin White qui l’a précédée, elle est néanmoins parvenue à montrer quelque chose de très impressionnant.

En seconde partie de soirée, place à une virtuosité à couper le souffle, avec la basse coréenne Inho Jeong, qui avait bluffé Camille et ses consultantes en demi-finale. Il garde la même qualité, une voix d’une taille absolument gigantesque, des couleurs dans la voix extrêmement riches. Et on l’a entendu à l’applaudimètre, il s’est vraiment pris un petit triomphe dans la figure à la fin de sa prestation. Toutefois, Camille De Rijck a trouvé que la construction de son programme n’était peut-être pas d’une très grande originalité et ne nous montrait peut-être pas la toute grande diversité de ce qu’il est capable de faire. Il s’est enfermé un peu dans un régime un peu ironique, dans les airs de Gounod, de Bizet et de Rossini. C’était l’ironie et l’ébriété qui prédominait.

Et enfin, un petit mot sur la soprano germano-canadienne Anna-Sophie Neher, pour dire qu’elle a vraiment impressionné tout le monde avec son programme qui présentait le Da Tempeste de Haendel dans lequel elle a eu un minuscule trou de mémoire. Elle s’est un peu perdue, puis elle s’est rattrapée sans aucun problème. Un Bellini sublimissime où régnait un silence absolu, pour terminer par En proie à la tristesse, extrait du Comte Ory de Rossini, qui était tout sauf triste.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous