Football

Complètement Foot, Amadou Onana : "Le fait qu’il y ait De Ketelaere ou Theate prouve que les U21 sont un peu l’antichambre des A"

Quelques heures après leur victoire face à la Turquie et en marge de leur déplacement en Écosse, l’équipe "Complètement Foot" a accueilli deux Diablotins : le milieu défensif du LOSC, Amadou Onana, et l'attaquant de l'Antwerp, Michel-Ange Balikwisha. Retour avec eux sur la campagne de qualification florissante des U21 en vue de l’Euro 2023 mais aussi sur leurs ambitions futures.

Comment sentez-vous ce groupe des Diablotins ?

Amadou Onana : "Ça s'est vu contre la Turquie, on a une équipe très homogène. Des gars qui s’entendent bien, sur et en dehors du terrain. Et je pense que ça se ressent, on est assez solidaires sur le terrain. On essaie de s’aider dans toutes les circonstances. Personnellement on prend aussi énormément de plaisir à être sur le terrain ensemble."

"Dès qu’on se retrouve en équipe nationale, on est tous heureux de se revoir", poursuit Michel-Ange Balikwisha. "A l’entraînement, c’est la même chose. On veut prendre du plaisir et vivre des moments comme ça. On veut essayer de faire la même chose au prochain match pour qu’on puisse nous respecter."

Pour leur prochain match de qualification, les Diablotins se déplaceront en Écosse ce mardi. Vous n'allez pas calculer, vous irez là-bas pour gagner comme à chaque fois ?

Amadou : "Je pense qu'on ne fera pas de calcul jusqu'à la fin. C’est vraiment la mentalité dans laquelle on est. Aller chercher un maximum de points possibles pour nous assurer la qualification au plus vite. Il faut jouer les matches comme ils viennent et on verra à la fin."

Vous qui êtes déjà des titulaires ou presque dans vos clubs, qu’est-ce que cela vous apporte de jouer en équipe nationale Espoirs ?

Amadou : "Je pense qu’on peut apprendre à n’importe quel stade. Le niveau dans lequel on joue au niveau international, c’est le meilleur en U21. C’est se mesurer aux meilleurs dans la même catégorie d’âge. Il y a donc des choses à apprendre. [...] Le fait qu’il y ait un Charles De Ketelaere ou un Arthur Theate prouve vraiment que les U21, c’est un peu l’anti-chambre des A. Ça montre qu’on n'est pas loin et qu’on est sur le bon chemin. C’est un stimulant."

"Et pour nous c’est vraiment une récompense de ce qu’on fait avec notre équipe", complète Michel-Ange. "Si on preste, le coach de l’équipe nationale nous récompense et c’est à nous de prester ici aussi et de montrer nos qualités au monde entier."
 

Prochain objectif : les Diables Rouges ?

Vous pensez déjà à la Coupe du Monde au Qatar ou plutôt à l’Euro avec les Espoirs ?

Michel-Ange : "Franchement moi je me base sur l’Euro. Après, j’attends mon moment comme au Standard. Je ne suis pas quelqu’un de pressé. Quand mon moment arrivera, c’est là que je devrai montrer qui je suis. Donc, je reste concentré et si on m’appelle au Qatar, j’irai et je montrerai qui je suis. Si on m’appelle ce n’est pas pour rien, c’est qu’on a vu quelque chose en moi."

Est-ce qu'à ce stade, vous pensez à des destinations de transfert dans lesquelles vous vous dites que vous mettriez plus de pression sur les Diables Rouges ?

Michel-Ange : "Non pas vraiment. C’est surtout moi qui dois encore améliorer certaines choses pour être un peu plus décisif et égoïste par moment. Et peut-être que quand j’aurai amélioré cela, le coach Martinez se dira que ce joueur-là est prêt parce qu'il s'est amélioré, qu'il a vu les points négatifs qu'il avait. Beaucoup de joueurs comme Carrasco, Thorgan Hazard, ont un peu le même profil que moi. Ils sont plus égoïstes par moment, ce que je n’ai pas encore. Au moment où je le ferai, je pense que je serai prêt."

Amadou réagit à cette question lui qui a changé de club cette année. "La saison passée j’étais à Hambourg, un club de division 2, où il n'y a peut-être pas cette visibilité que j’ai maintenant. Avec tout le respect que j’ai pour Hambourg, c’est le club qui m’a donné l’opportunité de briller au sein du niveau professionnel. Je pense que jouer dans un club comme Lille, champion de Ligue 1, qui joue la Champions League, c’est un point positif."
 

Vous partagez la même chambre, lequel des deux est le plus calme et lequel est le plus perturbateur ?

Michel-Ange : "Parfois on a les mêmes délires. Quand on met la musique, on explose totalement tout le couloir. Et par moment, c’est Amadou qui est un peu plus fatigué. Donc moi, je joue à la Play, je le dérange un peu."

Amadou : "Moi c’est plus la raison. J’essaie parfois de le raisonner, de l’apaiser un peu parce qu'il est parfois un peu trop agité. Je pense qu’on se complète assez bien. C’est chouette de partager ma chambre avec lui."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous