RTBFPasser au contenu

Un jour dans l'histoire

Comment vivait réellement Jésus de Nazareth ?

Comment vivait réellement Jésus de Nazareth ?
07 déc. 2021 à 14:204 min
Par RTBF La Première

De Jésus, on croit connaître toute l’histoire, de la naissance à la mort, et même au-delà. Rien n’est moins sûr : comment vivait réellement Jésus ? À quoi pouvait ressembler une journée de cet homme inclassable, ni prêtre ni sage, aux confins de l’Empire romain, aux toutes premières heures de notre ère ? Le livre '24 heures de la vie de Jésus' n’est pas une biographie de Jésus. C’est le récit de ce que pouvait être son quotidien ainsi que celui de son entourage, amis comme adversaires.

Régis Burnet, professeur d’exégèse du Nouveau Testament, vice-doyen à l’UCLouvain, propose de comprendre qui fut Jésus en nous décrivant son monde – matériel, politique, culturel, religieux et social. C’est tout un univers qui est ainsi mis au jour, à partir des textes évangéliques.

Il aborde également les grands problèmes d’interprétation qui ne cessent de nous agiter : que pensaient les contemporains de lui ? Quelles relations avait Jésus avec la communauté juive ? Qui sont les apôtres ? Qu’est-ce qu’un miracle ? Quel est son message ?

Régis Burnet a pris quelques libertés avec la narration évangélique, mais en réalité c'est une tradition de composer sa propre narration : les évangélistes eux-mêmes l’ont fait !

'24 heures de la vie de Jésus', aux éditions PUF.

___________________

Des détails pratiques

Régis Burnet compose une journée de Jésus à partir des textes évangéliques, de ce que les évangélistes lui font dire. Presque toutes les scènes se déroulent à Capharnaüm, village de pêcheurs de l’ancienne province de Galilée, au nord de l’actuel Etat d’Israël. C’est l’un des endroits où Jésus se repose souvent, c’est un peu son QG, là où des gens lui sont favorables. C’est aussi la ville de l’un de ses principaux disciples, Pierre.

Lors de la première veille, ce soir-là, Jésus est furieux. Il assiste à un banquet où l’hôte, Simon, essaie de le piéger par ses questions. Alors que la famille est le noyau de la société, Jésus dit : "Qui sont ma mère et mes frères ? […] Celui qui fait la volonté de Dieu, voilà mon frère, ma soeur, ma mère." Il veut dire par là qu’il définit sa famille, non pas par les liens du sang, ni par les liens de la hiérarchie, si importante à l’époque, mais par les liens de la foi, de l’amour, du respect. Cette déclaration est grave, elle choque, elle est une sorte de crime social, souligne Régis Burnet.

L’auteur s’est intéressé à des questions très pratiques sur la vie quotidienne de Jésus. "Il ne faut pas imaginer qu’il évolue dans une société pauvre. Elle vit dans une relative abondance, la viande et le poisson ne sont pas si rares. La base de l’alimentation est toutefois constituée de végétaux : on mange des sortes de taboulé, des salades d’herbes… Le repas est un moment social très important. Donner à manger est un geste très fondateur, il crée une sorte de solidarité entre celui qui donne et ceux qui reçoivent."

La question des miracles et de la foi

Plus tard dans la nuit, Jésus accomplit un miracle sur le lac de Tibériade : il fait cesser une tempête. Qu’est-ce que cela veut dire ? Les Evangiles sont relativement économes en miracles et leur donnent toujours un sens théologique. "Il s’agit ici d’une manière de dire qu’en arrêtant la tempête, Jésus a les prérogatives de Dieu, il a quelque chose à voir avec Dieu", explique Régis Burnet.

Jésus guérit les malades et cela touche à l’intime des corps. L’idée ici est que la guérison viendrait plutôt de la foi en la guérison. "L’Evangile veut mettre en scène des actes de foi et veut faire comprendre que Jésus est le guérisseur. Le guérisseur est le sauveur, donc le sauveur, c’est Dieu."

Comment Jésus fait-il comprendre que Dieu existe sans qu’on puisse le voir ? "Jésus est un bon orateur, qui capte l’attention de son auditoire, souvent à partir d’une petite parabole, une petite histoire dont il faut chercher le sens spirituel. Jésus ne fait pas des traités de théologie. Il dit des paraboles, des choses de la réalité, pour faire comprendre autre chose. Il essaie de faire bouger les gens, de les décaler, de leur faire comprendre qu’il y a quelque chose à comprendre au-delà des mots."

Jésus était-il une sorte de fanatique ?

Jésus emploie des oppositions très tranchées, des choix radicaux : la vie éternelle ou la mort, le salut ou le jugement. Mais pour Régis Burnet, Jésus n’est pas fanatique, parce qu’il a des discours radicaux mais qui ne se recouvrent pas. Il est parfois un peu contradictoire. Ce qu’il veut faire, c’est indiquer une direction.

Les évangélistes ont très consciemment compris cela : on ne peut pas résumer le discours de Jésus à trois formules, parce qu’elles sont forcément en contradiction les unes avec les autres. Et cela permet justement d’éviter le fanatisme.

Jésus avait-il une compagne ?

Cette nuit-là, on peut penser que Jésus s’est endormi sur le toit de la maison de son ami Pierre, après la chaleur écrasante de la journée. Mais a-t-il dormi seul ?

"Les Juifs étaient forcément mariés. Le fait que Jésus ne se soit jamais présenté avec une compagne, c’est plutôt un embarras, car c’est quelque chose auquel les évangélistes tenaient. Donc probablement, qu’historiquement, il n’en avait pas."

Pour Régis Burnet, le grand danger serait de chercher une réponse à cela, de dire : il n’en a pas, parce qu’il ne veut pas se laisser divertir de son ministère. Ou parce qu’il est homosexuel.

"La vérité est qu’on ne sait pas. Et ce n’est pas très rare. Jean le Baptiste ou d’autres personnes très engagées dans leur foi sont aussi célibataires à l’époque."

Jésus sentait-il bon ?

Jésus était-il propre ? C’est une époque où l’on est propre : on se baigne, on se fait enduire d’huile. Il y a peu de raisons que Jésus ne l’ait pas fait. Il devait donc sentir la bonne huile d’olive, il sentait bon.

Jésus était-il grand, élancé, barbu, avec de longs cheveux châtains et les yeux clairs ? Pas du tout, répond Régis Burnet : les gens de la région étaient petits, avec des cheveux et des yeux sombres.

Suivez ici l’entretien complet avec le professeur Régis Burnet

Un Jour dans l'Histoire

24 heures de la vie de Jésus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous