RTBFPasser au contenu

Voyages

Comment Venise lutte pour préserver son patrimoine depuis plus de trente ans

Comment Venise lutte pour préserver son patrimoine depuis plus de trente ans.
20 avr. 2022 à 10:004 min
Par RTBF avec AFP

Interdire l'ouverture de nouveaux commerces ne proposant pas de produits artisanaux. Voilà la dernière idée en date de la ville de Venise pour protéger son centre historique du tourisme de masse.

Visitée par quelque 30 millions de curieux chaque année, la Sérénissime n'a cessé au cours de ces trois dernières décennies d'imaginer de nouvelles mesures pour tenter de préserver son fragile patrimoine architectural et historique, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

On ne peut boire ni manger sur la place Saint-Marc

Repère incontournable pour toute première visite de la Cité des Doges, la place Saint-Marc constitue l'un des joyaux immanquables de cette destination italienne si attachante. Si attachante justement que l'on pourrait se laisser (trop) aller en s'installant sur les marches du palais ducal... Un réflexe qui est devenu une infraction depuis qu'il est formellement interdit de boire ou manger sur cette place iconique. La municipalité a pris cette mesure en 1987.

Attention, la police veille ! Une amende pouvant s'élever jusqu'à 500 euros peut être appliquée. En 2019, un couple de touristes allemands avait écopé d'une amende de 950 euros après avoir été surpris en train de se préparer un café à l'aide d'un réchaud en bas des marches du pont du Rialto. Les voyageurs avaient également été invités à quitter la ville. Par ailleurs, sachez que le règlement de la police municipale interdit aussi de circuler à bicyclette ou à l'aide de tout autre moyen de transport dans la zone très prisée de la place Saint-Marc. 

Des pistolets à eau pour faire fuir... les mouettes !

Bo Urru / EyeEm

Les visiteurs remarqueront que certains touristes posent sur la table à l'heure du déjeuner un pistolet à eau depuis quelques semaines. Une parade pour chasser les mouettes qui pullulent sur la place Saint-Marc imaginée par l'association des hôteliers de la Sérénissime. L'astuce a été trouvée il y a peu et ne concerne que les jouets de couleur orange, une teinte que ne supporteraient pas les volatiles marins. Le Palais Gritti mais aussi le Monaco & Grand Canal sont parmi les établissements hôteliers à avoir intégré les pistolets à eau dans le nécessaire d'une chambre.

Interdiction de nourrir les pigeons

Anton Petrus - Getty Images

Voilà plus de deux décennies que Venise tente de préserver ses murs des dégâts causés par les pigeons. En 1997 déjà, la municipalité entendait entretenir tout ce qui concourait au faste de la Sérénissime en interdisant de nourrir les pigeons. Ne pas suivre cette règle constituait alors un délit passible d'une amende de 500 euros. Les pigeons sont une telle plaie pour Venise que cette interdiction fut étendue à la place Saint-Marc en 2008.

Venise veut le respect !

En 2017, Venise met les pieds dans le plat avec une campagne relayée sur les réseaux sociaux : elle demande aux touristes de respecter la ville. Le message, identifié par le hashtag "#enjoyrespectvenezia", consiste non seulement à rappeler la réglementation en cours, comme l'interdiction de manger et boire sur les marches de la place Saint-Marc, mais aussi de ne pas prendre trop de temps pour immortaliser le pont des Soupirs ou traîner des pieds sur le pont du Rialto, au risque de créer un bouchon piéton.

Visiter virtuellement Venise

Malgré la multiplication des règles pour obtenir des touristes un comportement en phase avec la préservation du patrimoine vénitien, on pourrait croire que la Sérénissime n'a jamais assumé son attrait touristique. Mais c'est en réalité tout le contraire.

Preuve qu'elle a aussi pensé à faciliter le séjour de ses visiteurs : en 2011, la municipalité lançait un site de visites virtuelles sur lequel on peut naviguer à l'intérieur d'images tournées à 360°, que ce soit dans la rue ou au niveau de l'eau dans les canaux. Une initiative à laquelle hôteliers et restaurateurs ont également pu participer pour faciliter l'organisation d'un séjour dans la Cité des Doges. 

Non aux nouveaux fast foods

Vera_Petrunina - Getty Images

Déambuler dans les étroites ruelles de Venise une part de pizza à la main ou une portion de fritto misto local (friture de poissons typique de la cuisine italienne) : voilà une habitude contre laquelle la municipalité a voulu lutter en interdisant en 2017 l'ouverture de nouvelles enseignes de restauration rapide. Clairement, Venise souhaitait freiner le développement de ces restaurants proposant des menus à manger sur le pouce. A l'époque, le responsable du tourisme de la ville indiquait que les fast foods n'étaient "pas compatibles avec la préservation et le développement du patrimoine culturel de Venise".

Entre la restauration rapide et l'Italie, le torchon brûle depuis longtemps. Venise n'avait en effet fait qu'emboîter le pas à Vérone, qui avait interdit un an plus tôt l'ouverture de nouveaux restaurants de kebabs.

De même, l'ouverture d'un restaurant McDonald's à seulement quelques pas du Vatican avait fait couler beaucoup d'encre en 2016. Un cardinal avait même saisi la plume pour écrire au Pape François afin qu'il intervienne. Fin 2016, le maire de Florence avait pour sa part refusé l'ouverture d'une adresse du fast food américain sur la Piazza Del Duomo, l'une des plus importantes places de la capitale toscane.

... Et non aussi aux paquebots de croisière

Buena Vista Images - Getty Images

Depuis le 1er août 2021, les bateaux de croisière de plus de 25.000 tonnes de jauge brute et mesurant plus de 180 mètres de long n'ont plus le droit d'entrer dans le bassin et le canal de Saint-Marc mais aussi le canal de la Giudecca. Seuls les plus petits navires ont la possibilité de déverser leurs quelque 200 passagers aux abords de la place Saint-Marc. Les géants des mers quant à eux doivent se satisfaire du port industriel de Marghera

Le centre historique devient payant

A compter de cet été, si vous venez passer une journée à Venise sans avoir réservé un hébergement, il faudra vous munir d'un ticket d'entrée à scanner sur des portiques installés à l'entrée du centre historique. Compter entre trois et dix euros selon la saison. La police pourra ainsi compter le nombre exact de visiteurs qui déambulent chaque jour dans les rues et sur les canaux de la Sérénissime tout en les distinguant des habitants. 

Sur le même sujet

25 mai 2022 à 13:30
1 min
21 févr. 2022 à 09:25
2 min

Articles recommandés pour vous