Tendances Première

Comment se protéger des femmes perverses narcissiques ?

Tendances Première: Le Dossier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

On parle souvent de perversion narcissique chez les hommes, mais les femmes sont également concernées. Elles vont agir davantage dans l’ombre, par diffamation et instrumentalisation de l’autre. Analyse avec Christine Calonne, psychothérapeute, conférencière, formatrice spécialisée dans l’aide aux victimes de pervers narcissiques.

Son dernier livre, Les femmes perverses narcissiques (Ed. Ellipses), nous propose des pistes de réflexion sur la psychothérapie de ce trouble de la personnalité chez la femme.

© Getty Images

Pourquoi parle-t-on si peu des femmes perverses narcissiques ?

La perversion narcissique présente surtout les caractéristiques du masculin pathologique : la virilité, la toute-puissance, l’ego surdimensionné. On néglige donc souvent la façon dont les femmes peuvent utiliser ces caractéristiques, en tant qu’épouse, compagne, mère ou collègue.

Cela se traduit plutôt par les stéréotypes de notre société patriarcale : une façon de se présenter en victime, en femme qui se sacrifie. Mais derrière cela, il y a une volonté de pouvoir, bien calculée, bien orchestrée, qui peut être tout aussi destructrice, souligne Christine Calonne.

Comme c’est plus sournois, plus déguisé, on peut passer à côté et c’est au long cours que l’on voit les dégâts. En apparence, la personne est très bien adaptée socialement, elle est altruiste, dévouée, sympathique, très mimétique, disant à l’autre tout ce qu’il veut entendre.

Elle n’est perçue que par la victime comme un monstre. Les autres gens la trouvent formidable ! Et d’ailleurs, elle a beaucoup de complices dans son entourage et même dans la famille de la victime.

La mère perverse narcissique

La mère perverse narcissique a une apparence froide, elle est dénuée d’émotions, de sentiments. Elle utilise son enfant pour se faire valoir, tout en donnant l’apparence de se sacrifier pour lui.

Elle ne le reconnaît pas comme une personne, mais comme un objet sur lequel exercer sa perversion, sa volonté de l’exploiter, de le dominer et de le détruire. A la base, il y a une volonté de vengeance qui vient du vécu transgénérationnel et qu’elle reporte sur l’enfant.

Cela va se manifester par une violence psychologique et verbale, plus rarement physique, ainsi qu’une négligence émotionnelle puisqu’il n’y a pas de lien affectif.

Comment aider l’enfant ?

La meilleure façon d’aider l’enfant ou le jeune qui vit cette situation et cet isolement, c’est de lui donner de l’attention, de la présence, de l’empathie, de la bienveillance, de l’écouter, pour créer un lien d’attachement qui va l’aider à ne pas entrer dans le cercle vicieux de la répétition, que ce soit comme agresseur ou comme victime.

Ces liens de substitution peuvent réellement sauver un enfant en lui montrant qu’il existe un autre modèle que celui de la malveillance et du machiavélisme.

Beaucoup d’enfants de perverses narcissiques sont loyaux et veulent sauver leur mère par l’empathie et la bienveillance, espérant ainsi se sauver eux-mêmes. Malheureusement, cela ne fonctionne pas comme ça, explique Christine Calonne.

© Getty Images

La femme perverse narcissique dans le couple

Dans le couple, il va s’agir de micro-violences perverses, exercées de façon récurrente. C’est un travail de sape au quotidien, qu’on peut assimiler au harcèlement moral.

La victime ne se rend pas compte de cette destruction progressive de son identité. C’est souvent l’entourage qui va la lui révéler, quand elle n’en a pas déjà été trop isolée…

Les violences sont généralement psychologiques et verbales, mais elles peuvent être aussi économiques, sexuelles, physiques. Dans la sexualité, on constate une façon de rabaisser l’autre, de le négliger, de nier ses besoins. L’objectif étant le pouvoir, la domination.

Comment sortir de ce type de relation ?

On peut s’en sortir à partir du moment où l’on commence à comprendre qu’on n’est pas coupable. Les victimes ont en effet souvent été culpabilisées et ont perdu toute confiance en elle et en l’autre. D’où la difficulté de faire le pas d’aller demander de l’aide. Il est possible de se reconstruire via des approches appropriées, par des thérapeutes sensibilisés à la notion de trauma.

Pour pouvoir se reconstruire, il faut aussi fuir, se mettre à distance. Il faut également mettre en place une stratégie pour se défaire définitivement de la personne, pour couper tout lien, insiste Christine Calonne.

C’est très important d’apprendre à contre-manipuler, c’est-à-dire à ne plus donner d’informations sur soi, parce que tout ce qui est dit va être retourné contre soi par la personne perverse narcissique.

► L’entretien complet et les témoignages sont à découvrir ci-dessus !

© Liubomyr Vorona / Getty Images

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous