RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Matière grise

Comment l’ordre des mots peut influencer notre jugement

Comment manipuler notre attention ?

Patrice Goldberg dans Déclic !

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Imaginez : vous êtes en en train de discuter avec un(e) ami(e) à propos d’une personne absente, lorsque votre interlocuteur vous dit : " Il est sympa, mais pas très futé ". Il y a de grandes chances pour que cela donne une vision assez négative sur la personne en question. En revanche s’il vous dit plutôt : " Il n’est pas très futé, mais il est sympa ", alors votre point de vue sur cette personne sera moins négatif. Pourtant, ce sont bel et bien les mêmes informations. Comment expliquer ce phénomène ? Il s’agit en fait de biais qui sont étudiés en psychologie expérimentale : en fonction de leur ordre d’arrivée, notre cerveau a tendance à privilégier certaines informations au détriment d’autres. Parmi eux, on peut par exemple citer l’effet de récence et l’effet de primauté. De quoi s’agit-il ? On vous explique !

L’effet de récence : un mécanisme cognitif qui influence notre perception

L’effet de récence, qu’est-ce que c’est ? La récence, c’est le caractère de ce qui est récent. L’effet de récence, c’est donc le phénomène qui fait que l’on accorde plus d’importance aux informations les plus récentes, vues ou entendues.

Plusieurs expériences ont démontré ce principe. L’une d’elles a été menée à l’occasion d’un examen médical peu agréable : la colonoscopie. Réalisée au moyen d’un endoscope, un tube souple muni d’une caméra, elle permet d’explorer le côlon ou gros intestin d’un patient.  Certaines colonoscopies ont lieu sous anesthésie et sont donc sans douleur. Mais ce n’est pas toujours le cas, et cette exploration peut alors se révéler désagréable.

Dans le cadre de l’expérience, des médecins et des chercheurs ont divisé en deux groupes des patients qui devaient subir une colonoscopie sans anesthésie. Tous les patients ont subi exactement le même examen, d’une durée d’environ 45 minutes à une heure. À la différence que dans le second groupe, le médecin a laissé l’endoscope en place une dizaine de minutes, après la fin de l’examen, sans plus y toucher.

Les chercheurs ont demandé à tous les patients de noter sur une échelle la sensation de gêne qu’ils avaient éprouvé pendant la colonoscopie. Surprise : le second groupe, qui avait gardé l’endoscope plus longtemps dans le rectum, avait été beaucoup moins traumatisé que le premier. Pourquoi ? Justement parce que ces dix dernières minutes avaient été beaucoup moins désagréables que le reste de l’examen, et c’est cette impression-là qu’ils ont retenu en priorité : la plus récente.

Ce phénomène se retrouve dans bien d’autres domaines de notre vie. Il explique notamment pourquoi les hommes et femmes politiques ont tendance à vouloir être les derniers à s’exprimer en cas de débat : ils savent qu’en raison de l’effet de récence, c’est souvent " le dernier qui a parlé qui a raison ". Au quotidien, nous avons nous aussi le pouvoir d’agir sur notre interlocuteur grâce à notre discours, en fonction de l’ordre dans lequel nous fournissons les informations.

L’effet de primauté ou la première impression

Un autre effet, cousin de celui de récence, est celui de primauté : dans certaines circonstances, on aura tendance cette fois à donner la préférence à la première information entendue. C’est la fameuse première impression.  

L'exemple le plus connu, c’est celui du nouveau collaborateur ou de la nouvelle collaboratrice qui arrive en retard à sa première réunion : inévitablement, ses collègues vont considérer cette personne comme une retardataire, même si elle est ponctuelle à toutes les réunions suivantes. Car il ou elle a raté sa première impression et gardera cette étiquette pendant longtemps.   

Mais les aspects négatifs de ces effets peuvent aussi parfois être tournés à notre avantage. Si vous devez par exemple passer un examen de recrutement, mieux vaut que vous passiez soit en premier, soit en dernier : vous augmenterez ainsi les chances que votre recruteur ou recruteuse se souvienne de vous.

Et si vous devez faire une critique à quelqu'un, utilisez la technique du sandwich : commencez par un compliment, placez votre critique au milieu et terminez par un second compliment. Vous aurez ainsi fait passer le message de façon positive, sans risquer de heurter la sensibilité de votre interlocuteur !

© Tous droits réservés

Retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (23h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Articles recommandés pour vous