RTBFPasser au contenu

Santé & Bien-être

Comment aider un(e) proche qui n’est plus capable de prendre des décisions sur sa propre santé ?

L’accompagnement des personnes est important
20 janv. 2022 à 14:471 min
Par Alain Lechien

Lorsque quelqu’un de notre entourage n’est plus capable (de manière temporaire ou permanente) de prendre des décisions sur sa propre santé, en cas de maladie mentale, par exemple, on se trouve parfois fort dépourvu. Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) vient de publier un rapport qui répond à certaines questions que l’on peut se poser à ce propos, d’autant que la législation (Loi sur les droits des patients de 2002) se contente de dire que, sauf preuve du contraire, tout adulte est en mesure de prendre les décisions qui concernent sa santé.

Le KCE insiste d’abord sur le fait que la capacité décisionnelle est rarement une simple donnée binaire où il n’y aurait, d’une part, que des personnes totalement capables et, d’autre part, des personnes totalement incapables. Cette capacité peut fluctuer en fonction du moment, du contexte et du type de décision à prendre. Et c’est dans les périodes de "zone grise" entre capacité et incapacité que ces personnes doivent être soutenues. Il faut savoir trouver le délicat équilibre entre autonomie et protection du patient, en évitant le piège du paternalisme (même bien intentionné), selon les experts du KCE.


►►► À lire aussi : La démence en hausse dans les prochaines années : l’éducation et un style de vie sain sont deux facteurs pour l’éviter


Il existe une campagne du SPF Santé publique au sujet de la "planification préalable ou anticipée des soins" (PAS), intitulée "Parlons de nos vieux jours" et qui peut servir de base pour savoir comment aider les personnes confrontées à une maladie mentale qui présente un risque de rechute ou de détérioration. Le rapport du KCE demande que les professionnels de la santé disposent d’un temps suffisant pour mettre en place ce processus de prise de décision accompagnée. Il souligne aussi le rôle important que jouent les personnes de confiance. Enfin, il insiste sur l’attention particulière qu’il faut apporter aux personnes socialement isolées, qui n’ont ni famille ni amis, les experts regrettent qu’aucune forme de soutien (juridique ou autre) ne soit prévue actuellement.

Sur le même sujet

07 janv. 2022 à 09:50
1 min
23 avr. 2021 à 07:00
2 min

Articles recommandés pour vous