RTBFPasser au contenu

Monde

«Certains sont accusés de sorcellerie alors on les chasse», Wazee Wetu ou comment aider 'nos vieux' en RDC

«Certains sont accusés de sorcellerie alors on les chasse», Wazee Wetu ou comment aider 'nos vieux' en RDC
08 déc. 2021 à 14:12 - mise à jour 08 déc. 2021 à 17:366 min
Par Ghizlane Kounda

"Ça c’est une maison construite en planche", pointe du doigt Christian Munguakonkwa, coordinateur du programme Wazee Wetu - ‘Nos vieux’ en Swahili - un programme qui vient en aide aux personnes âgées, au Sud-Kivu.

Nous sommes à Tchimpunda, un quartier de la Commune de Kadutu, dans une banlieue populaire de Bukavu. "Au total, nous avons construit ou réhabilité douze maisons en planche et vingt-huit en terre, au bénéfice de quarante personnes âgées", poursuit Christian Mungua-konkwa. "Ce sont des maisons de sept mètres sur trois avec deux chambres. Nous y avons installé un lit avec un matelas, des draps, des couvertures. Certains bénéficiaires dorment pour la première fois dans un lit".

Maria M’Bisimwa est l’une des bénéficiaires du programme Wazee Wetu. Elle s'est installée dans l’une de ces maisonnettes en juillet dernier. "Avant, je vivais dans un autre quartier à ‘Bolo Premier’", raconte-t-elle avec ses mains tremblantes et son joli sourire. "Mon mari est déjà mort. J’avais trois enfants, deux sont morts. On vivait ensemble. J’avais un fils qui travaillait sur l’avenue de la brasserie dans un quartier de Bukavu, il m’aidait à me nourrir. Mais il est mort. La famille m’aidait quand elle en avait la possibilité… sinon, elle ne le faisait pas".

Depuis qu’elle est installée ici, Maria a trouvé un confort minimum pour dormir à l’abri. Mais pour se nourrir, c’est toujours aussi difficile, explique-t-elle. "L’ancienne maison suintait lorsqu’il pleuvait. Aujourd’hui, ça ne suinte plus. Je m’y sens bien, mais je continue d’avoir faim".

Ses voisins lui viennent en aide, parfois. "Sinon, j’ai mon petit potager, là". En face de sa maisonnette, se dresse un minuscule carré de terre entouré d’une clôture. "Parfois, je mange les légumes que j’ai moi-même cultivés, parfois je les vends". 

« L’ancienne maison suintait lorsqu’il pleuvait. Aujourd’hui, ça ne suinte plus. Je m’y sens bien, mais je continue d’avoir faim », explique Maria M’Bisimwa.
« L’ancienne maison suintait lorsqu’il pleuvait. Aujourd’hui, ça ne suinte plus. Je m’y sens bien, mais je continue d’avoir faim », explique Maria M’Bisimwa. © Tous droits réservés

Quand j’étais petit, j’avais peur des personnes âgées

Wazee Wetu a été initié par Sœur Maria Masson, une religieuse belge qui œuvre pour le Bureau diocésain des œuvres missionnaires (BDOM) au Sud-Kivu, depuis quarante ans. "Dès le départ, notre philosophie était de ne surtout pas construire des maisons de retraite, type hospices", explique-t-elle. "Nous ne sommes pas venus ici pour importer les problèmes de la Belgique. Nous voulons intégrer et sauvegarder les valeurs de la société congolaise. C’est pour cela que ces maisons doivent toujours être intégrées dans la communauté".

Les problèmes que rencontrent les personnes âgées en RDC surgissent en grande partie en raison de la pauvreté. Celles qui se retrouve sans toit sont abandonnées par leurs familles. "Les enfants n’ont souvent pas assez de moyens pour subvenir aux besoins de leurs parents", explique Françoise Mujijima, trésorière de Wazee Wetu.

"Certains sont accusés de sorcellerie, alors on les chasse", ajoute Bienfait Burundi, superviseur. "Personnellement, quand j’étais petit, j’avais peur des personnes âgées". Des peurs nourries par des superstitions. "Lorsqu’il arrive un malheur, un décès par exemple, on se dit qu’il doit y avoir quelqu’un qui en est la cause. On accuse souvent les personnes âgées d’avoir jeté un mauvais sort. C’est comme ça qu’elles sont chassées".

Pour lutter contre ces croyances, Wazee Wetu met en œuvre des programmes de sensibilisation auprès des familles et en particulier des jeunes, en favorisant des rencontres intergénérationnelles. "Au départ, les jeunes avaient peur d’aller vers les personnes âgées - vont-ils nous ensorceler ? - disaient-ils…", raconte Maria Masson. "On leur a demandé de prier et chanter ensemble, de cultiver dans des champs communautaires. Nous disposons de sept hectares. Et cela a pris forme. Aujourd’hui, les jeunes rendent visite régulièrement à leurs aînés. Des visites de compassion, de réconfort. Ils les aide dans la propreté".

Christian Munguakonkwa, coordinateur du programme Wazee Wetu.
Christian Munguakonkwa, coordinateur du programme Wazee Wetu. © Tous droits réservés

Où sont passées les traditions ?

"La société a fortement changé au Congo", observe Maria Masson. "Auparavant, les personnes âgées étaient soutenues par leur famille. Mais les guerres, avec les vagues de réfugiés ont déstabilisé les milieux ruraux. Comme il n’y avait plus d’agriculture, les villages sont devenus de plus en plus pauvres. Les gens ont fui vers les villes. Les personnes âgées n’avaient plus rien. Elles ont commencé à mendier un peu partout. C’est un vrai problème à Bukavu".

Aujourd’hui, Wazee Wetu est soutenu par We social Movements (WSM), une ONG du Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC). Ce programme intervient dans plusieurs domaines pour aider les personnes âgées. Des activités génératrices de revenus, comme la fabrication de savons ou le tissage de paniers ; des potagers et des champs communautaires avec parfois, un élevage de chèvres, pour lutter contre la malnutrition ; des programmes intergénérationnels pour sensibiliser les jeunes. Les familles qui en ont les moyens sont encouragées à adhérer à une mutuelle de santé, pour couvrir les frais médicaux. Et pour le logement, il y a la construction des petites maisons.

Les bénéficiaires de ce programme sont choisis en fonction des besoins. "Ce sont les groupes solidaires qui désignent les bénéficiaires", explique Christian Munguakonkwa. Les groupes solidaires sont constitués de personnes issues des quartiers. "Des personnes de confiance qui comprennent l’intérêt de Wazee Wetu et qui vont le promouvoir". Désormais à Bukavu, 5.000 personnes âgées font partie de 65 groupes solidaires.

Le programme Wazee Wetu, soutenu par WSM (We social Movements), une ONG du Mouvement Ouvrier Chrétien, a été développé par une religieuse belge, Maria Masson, en RDC depuis 40 ans.
Le programme Wazee Wetu, soutenu par WSM (We social Movements), une ONG du Mouvement Ouvrier Chrétien, a été développé par une religieuse belge, Maria Masson, en RDC depuis 40 ans. © Tous droits réservés

Comment s’organise la couverture sociale en RDC ?

On aurait presque tendance à oublier ‘les vieux’, en République démocratique du Congo, tant ce pays se caractérise par sa jeunesse. 60% des congolais ont moins de 20 ans et les plus de 55 ans ne représentent que 6% de la population, avec une espérance de vie de 61 ans en moyenne.

"Mais cette espérance de vie a augmenté de dix ans depuis le début des années 2000", précise Arnaud Zacharie, secrétaire général du Centre national de coopération au développement (CNCD). "Cela signifie qu’il y a des progrès, et surtout qu’il y a une plus grande part des plus de 55 ans dans la population. C’est pour ça que nous soutenons des programmes qui développent des mutuelles de santé et la prise en charge des personnes âgées. S’ajoute à cela, un plaidoyer pour que l’Etat congolais garantisse aux populations un système de protection sociale".

De fait, la couverture sociale en RDC est quasiment réduite à néant. Il existe une Caisse nationale de sécurité sociale qui gère les pensions, les allocations familiales et les risques professionnels. Mais elle ne concerne que les fonctionnaires qui cotisent. Ensuite, une loi rend obligatoire l’adhésion à une mutuelle de santé, ‘lorsqu’il y a une possibilité de rétention à la source’.

Dans un pays où plus de 70% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, où l'essentiel de l'économie est informel, on comprend pourquoi les mutuelles peinent à se constituer. Moins de 1% des congolais adhèrent à une mutuelle. La plupart sont d’initiative communautaires. Parfois les ‘tontines’, des pots communs constitués par les membres d’une communauté, sont bien utiles en cas de coup dur.

Maria M’Bisimwa est l’une des bénéficiaires du programme Wazee Wetu. Elle est installée dans l’une de ces maisons, depuis juillet.
Maria M’Bisimwa est l’une des bénéficiaires du programme Wazee Wetu. Elle est installée dans l’une de ces maisons, depuis juillet. © Tous droits réservés

On ne peut pas atteindre une couverture universelle sans l’intervention des Etats

Que fait donc l’Etat congolais ? Attendre l’aide extérieure.

L’an dernier, le gouvernement a lancé son plan censé permettre d’instaurer une couverture santé universelle. Priorité à la prise en charge de la mère et de l’enfant, la lutte contre les maladies infectieuses et l’éradication de la malnutrition. Selon l’Observatoire de la dépense publique, cette mesure devrait coûter plus de deux milliards de dollars par an. L’ambition affichée est énorme et pour y parvenir, le gouvernement compte notamment sur l’argent de partenaires extérieurs.

Luc Dussoulier, ancien secrétaire général du Mouvement Ouvrier chrétien, connait bien les ‘programmes d’aide au développement’ sur le terrain. "Pour que l'aide soit durable dans ce domaine, il faut un développement intégré", analyse-t-il. "On ne peut pas atteindre une couverture universelle sans l’intervention des Etats. Quoi qu’on fasse, si on ne travaille pas dans une perspective de développement qui intègre des dynamiques de développement économique, culturel (scolarisation), social, en même temps, on n’avancera pas. Et dans un pays comme le Congo, ça ne peut passer que par le développement rural, donc l’agriculture".

La maison de Maria M’Bisimwa se situe à Tchimpunda, dans un quartier d’une banlieue populaire de Bukavu, au Sud-Kivu.
La maison de Maria M’Bisimwa se situe à Tchimpunda, dans un quartier d’une banlieue populaire de Bukavu, au Sud-Kivu. © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous