RTBFPasser au contenu

Littérature

"Comme un ciel en nous", le récit intime d'une nuit au Louvre

"Comme un ciel en nous", le récit intime d'une nuit au Louvre
02 janv. 2022 à 11:332 min
Par Adrien Corbeel

Le nouveau livre de Jakuta Alikavazovic, récompensé du Prix Médicis Essai 2021, fait d'une nuit au musée une touchante introspection. 

 

La question revient inlassablement au fil des pages de "Comme un ciel en nous" : "Et toi, comment t’y prendrais-tu, pour voler la Joconde ?". De quoi intriguer les amatrices et les amateurs de vol de haute voltige, qui pourraient prendre ce récit d'une nuit au Louvre pour ce qu'il n'est pas. Au risque de les décevoir, Jakuta Alikavazovic n'est pas une ambitieuse cambrioleuse, même s'il faut lui reconnaître un certain talent pour s'approprier les lieux, comme l'en atteste cet essai hautement personnel.

D'une nuit passée seule dans un des plus prestigieux musées au monde, l'écrivaine a produit un texte loin des guides touristiques. Oh bien sûr, elle y énumère quelques-unes des plus célèbres œuvres d'art — la Vénus de Milo en particulier. Mais la visite est surtout un prétexte pour parler de l'homme avec qui elle a parcouru tant de fois les couloirs du Louvre, celui-là même qui aimait lui demander comment dérober la Mona Lisa : son père. Pour lui, qui a quitté le Monténégro à l'âge de 20 ans, le Louvre était "la première ville française où je me suis senti chez moi". Leur relation espiègle, fière et riche en non-dits donne à la visite nocturne de Jakuta Alikavazovic un sens, et à son essai une raison d'être.

À travers cette figure paternelle, il est question d'exil, d'appartenance, mais aussi de rejet. Évoquant les noms de famille qui, comme le sien, sont souvent tourmentés en France, elle écrit :  "Écorchés, malmenés, amputés, comme si l’identité des uns était moins digne d’exactitude, de justesse, en un mot de stabilité, que celle des autres." Plus loin, elle évoque l'expérience de voir le pays de ses parents brûler dans les flammes de la guerre. D'un paragraphe à l'autre, l'essai sur l'art devient une réflexion sur l'identité nationale, un puits à souvenir, un texte introspectif.

À vrai dire, il est assez difficile de placer "Comme en ciel en nous" dans une catégorie particulière. C'est un essai qui n'obéit finalement qu'à une seule chose : la pensée arborescente de son autrice, qui elle-même est soumise au hasard. En mettant les pieds au Louvre dans la nuit du 8 au 9 mars 2020, l'écrivaine ignorait que quelques jours plus tard la plupart des musées de la planète allaient fermer leurs portes, mais ce "détail" donne une signification supplémentaire à ce livre qui en déborde. Une lecture et une visite stimulantes

"Comme un ciel en nous" de Jakuta Alikavazovic, Collection Ma nuit au musée, Editions Stock, 150 pages.

Sur le même sujet

16 janv. 2022 à 18:33
2 min
05 janv. 2022 à 12:44
1 min

Articles recommandés pour vous