RTBFPasser au contenu

Comics Street : Le Journal de Clara

BD
29 juil. 2020 à 11:452 min
Par Thierry Bellefroid

Voici un roman graphique qui traite d’un personnage historique sous un angle audacieux, ''Le Journal de Clara'' : Clara, c’est Clara Petacci. Son nom ne vous dit rien ? Normal, ce n’est pas elle, le personnage historique au centre de l’histoire. Elle, c’est le prisme pour parler de lui, son amant, un homme célèbre à l’aura sombre, très sombre. Mais qui donc est ce personnage ?

Il s’agit de Benito Mussolini, l’homme qui a installé le fascisme en Italie et plongé son pays dans la guerre aux côtés d’Hitler, qu’il admirait non sans l’avoir en partie inspiré. Car le culte de la personnalité et de l’uniforme, les manifestations de masse, la communication propagandiste, Mussolini les avait mis en place avant le Führer.

C’est Clara qui raconte, bien que son intervention en voix off soit limitée au strict minimum. Le scénariste, Clément Xavier, a choisi de raconter les faits du point de vue de la jeune maîtresse de Mussolini, mais sans insister sur le côté écrit du journal intime. C’est pourtant ce journal, tenu secret par les autorités italiennes pendant 70 ans, qui a servi de base au scénario.

Clara a vingt ans quand elle croise la route du Duce, en 1932. Elle tombe immédiatement sous le charme. Et fera tout pour forcer la porte de ce coureur de jupons qui désespère ses ministres par sa manie de faire passer ses appétits sexuels avant la politique.

Quel portrait de Mussolini cette BD donne-t-elle ?

On pouvait craindre qu’il soit trop humain. On parle tout de même d’un dictateur et non des moindres. Mais comme dans les célèbres best-sellers de Diane Ducret, ''Femmes de Dictateurs'', cette bande dessinée dresse un portrait en creux et n’épargne pas l’homme. On peut donc parler d’une autre manière d’aborder la personnalité du Duce. Ses actes politiques ne sont pas oblitérés, qu’il s’agisse de son entrée en guerre avec l’Éthiopie ou de sa fascination pour Hitler qui va le faire adopter une politique antisémite, lui qui n’avait aucune haine contre les juifs.

Qu’apporte la BD à cette histoire ?

D’abord, il faut souligner le travail de la dessinatrice, Pauline Cherici, dont c’est le premier album. Tout en dépouillant son dessin et en stylisant personnages et situations, elle capte l’essence des décors, crédibilise l’histoire, saisit l’essentiel de ce qu’il y a à montrer. Ensuite, une très belle trouvaille consiste à terminer chaque chapitre de cet épais roman graphique de 400 pages en noir et blanc par une photo d’époque. C’est à chaque fois une manière d’ancrer cette histoire dans le réel. Et la photo qui conclut le livre sur une double page n’est rien d’autre que la clé du désir de raconter de ses auteurs. ''Le Journal de Clara'', une BD qui manie l’Histoire – celle avec un grand H – comme une fiole de nitroglycérine, avec d’infinies précautions. Et ça marche rudement bien !

''Le Journal de Clara'', par Pauline Cherici&Clément Xavier, chez Actes Sud – L’An 2

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Sur le même sujet

02 sept. 2020 à 11:45
2 min

Articles recommandés pour vous