RTBFPasser au contenu
Rechercher

Comics Street : Goldorak

20 oct. 2021 à 11:45Temps de lecture2 min
Par Thierry BELLEFROID

C’est un monument des années 70-80 qui nous revient de manière inattendue. Plus précisément, un monument de la culture manga, que ressuscitent cinq auteurs français : Goldorak !

Vous vous êtes senti orphelin quand Actarus a quitté les terriens pour retourner sur Euphor, au terme du 74e épisode de la série animée ? C’est en tout cas ce qu’ont ressenti les auteurs de cette suite très réussie et tout à fait inattendue, tous Français, et tous baignés dans leur enfance par ce manga fondateur. L’histoire de ce livre commence en 2016, à Angoulême, quand Xavier Dorison évoque devant son éditrice le vieux rêve qui le hante : donner une suite à ''Goldorak''. Ce rêve, le scénariste n’y croit pas vraiment mais son éditrice, oui. Elle l’encourage à monter un projet qu’elle s’engage à montrer au créateur de ''Goldorak'', Go Nagaï. Le jour même, Dorison en parle à Denis Bajram, auteur de Science-Fiction qui n’a jamais caché son amour pour cet univers et son robot géant. Bajram en parle à son tour à deux camarades d’atelier, qui embarquent un coloriste. La note d’intention séduit Go Nagaï, qui donne son feu vert à la reprise. L’entreprise commence, dans le plus grand secret. Le résultat, je le tiens entre les mains, c’est un livre somptueux, d’un peu moins de 180 pages en grand format.

Entre albums de BD franco-belges et manga, c’est le format utilisé au Japon pour les tirages de luxe du manga. On a ici un objet avec couverture rigide, intégralement en couleur – et quelles couleurs ! Elles éclatent littéralement, et semblent presque lumineuses -, d’une forte pagination, avec des scènes de combat spectaculaires, des personnages vivants, autant d’éléments qui mixent le meilleur de la bande dessinée franco-belge, du manga et du comics !

Après un savant résumé des 74 épisodes de la série originale qui tient sur une seule page – ce qui est déjà un défi ! -, les auteurs ont imaginé l’histoire qu’ils auraient eu plaisir à lire si Go Nagaï avait lui-même écrit une suite : nous sommes sur Terre, une dizaine d’années après la fin de la guerre entre les envahisseurs de l’Empire de Vega et les Terriens de la Patrouille des Aigles aidés par le robot Goldorak, le prince d’Euphor, Actarus, et sa sœur Phénicia. Le Japon est attaqué par les derniers survivants de Vega. Pour contrer leur Golgoth, l’armée japonaise n’a qu’une solution : ressusciter Goldorak. Tous les éléments sont en place pour un grand spectacle. C’est dense, efficace, d’une parfaite clarté narrative et d’une vraie puissance de frappe graphique. Bref, quand pop culture et travail d’auteur se marient de cette manière, on en redemande.

''Goldorak'' de Xavier Dorison et dessins de Denis Bajram, Brice Cossu et Alexis Sentenac aux éditions Kana

 

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

 

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Amalia''

Comics Street

BD : ''Immonde !''

Comics Street

Articles recommandés pour vous